moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 20 juin 2006

l'histoire du chiot guéri

Une belle histoire racontée par l'abbesse Alexandra du couvent d'Ishim (Sibérie).
Elle remonte à l'époque où matouchka* s'appelait Maria Dimitrievna, était médecin en microbiologie dans l'un des hôpitaux de New York et, en même temps, lectrice à l'église du Synode. Mgr Evtikhij (d'Ishim — Eglise russe hors frontières) venait juste d'être ordonné et, deux fois par an, allait à New York pour les réunions du Synode. Matouchka, qui porte depuis toujours une affection particulière pour les animaux, avait à cette époque un petit chien. Comme tous les chiots, celui-ci était joyeux, communicatif et peu obéissant, et il fallut que la porte du garage (aux Etats-Unis, elles se ferment verticalement), en raison d'un incident, tombe justement sur le chiot alors qu'il se trouvait là. Il eut le dos cassé et le postérieur paralysé.
On imagine la tristesse de la pauvre matouchka.
Raisonnablement, il aurait fallu piquer le chiot ; mais l'être humain dans la peine est rarement doué de jugement, ou peut-être la raison en était-elle tout autre. Dans tous les cas, matouchka ne le fit pas piquer mais se mit à le chouchouter, souffrant avec lui à la vue de son regard qui semblait, en silence, demander quelque chose.
C'est précisément à cette époque que Mgr Evtikhij se trouva invité pour la première fois par la future matouchka. Ayant vu le chiot et ayant appris son histoire bien triste, il s'assit sur le parquet à côté du petit chien, mit la gueule de celui-ci sur ses genoux et, tout le reste du temps il resta assis ainsi, caressant et consolant le chiot souffrant.
Après le départ de l'évêque, le chiot se redressa subitement et fit quelques pas en titubant. Les jours suivants, il alla de mieux en mieux et guérit tout à fait, de sorte que de ce traumatisme il ne reste que des souvenirs. Cet événement, comme elle le dit elle-même, fit une forte impression sur matouchka. Et, qui sait ? c'est peut-être grâce à cela qu'elle se retrouva plus tard à Ishim, pour y fonder un monastère.

propos rapportés par Piotr d'Ishim.
* Le mot russe familier matouchka est utilisé pour nommer l'abbesse d'un monastère (il est alors suivi du prénom), mais aussi pour nommer l'épouse d'un prêtre (il est alors suivi du nom de famille)

mercredi 18 mai 2005

travail en prison


Cadeau de notre prisonnier. Un mois de travail pour faire ce grand chef-d'œuvre
(format 36 x 51 cm) : un découpage minutieux sur fin papier noir.

Spas Jarik2396

Le visage du Christ exprime bien, sans doute, la tristesse des détenus...

dimanche 8 mai 2005

l'oiseau de Dieu



L'oiseau de Dieu – Campephilus principalis ou pic noir à bec d'ivoire – espèce qui semblait disparue, refait son apparition dans l'est de l'Arkansas (Etats-Unis).

Longueur : 48 – 53 cm. Envergure : > 1 m. Le Pic à bec d'ivoire (Campephilus principalis) est le second plus grand pic du monde.
Le bec est blanc ivoire, tandis que les pattes sont grises. Ce pic est noir avec des bandes blanches très visibles sur les côtés du cou. Les ailes possèdent deux larges taches blanches.
Les mâles ont une huppe rouge vif.
Le cri d'alarme est un « kent ! » ou « hant ! » ressemblant au bruit d'une trompette d'enfant. Près du nid, il émet des sifflements. Le tambourinement est très puissant, et un individu serait capable de creuser un trou de 12 cm de profondeur en moins d'une minute !
Autrefois répandu dans les vieilles forêts et les marais à Cyprès du Sud-est des États-Unis et de Cuba, il était aujourd'hui généralement considéré comme éteint du fait de la destruction de son habitat.
Source : ornithomedia.com

samedi 23 avril 2005

un évêque pas ordinaire


Vladyka Evt136

Un évêque bâtisseur en Sibérie, sur l'échafaudage.
C'est le portail pour la future clôture de l'église.

samedi 15 janvier 2005

Serjozha

« C'est franchement miraculeux ! Le troisième jour, Serjozha est sorti du coma. Les fonctions vitales reviennent progressivement, il commence à parler, la mémoire revient petit à petit, il bouge les mains, il se nourrit. Il faut espérer que cela continue à s'améliorer. Les médecins n'en reviennent pas car le cœur s'était arrêté pendant 10 minutes... On lui a placé un petit tuyau dans l'aorte pour l´écoulement. De réanimation, il sera transféré en cardiologie, puis rapatrié sur Paris. Grâces à Dieu ! »

0727Panteleimon05




Tu imitas le Très Miséricordieux, et reçus de Lui la grâce de la guérison, Porteur-de-passion et guérisseur Panteleimon; par tes prières, guéris nos maladies spirituelles et maintiens toujours au loin les tentations de l'ennemi pour ceux qui crient avec foi : «Sauve-nous, O Seigneur ».


Kondakion
du saint grand martyr Panteleimon
(ton 5)


vendredi 31 décembre 2004

trois stagiaires au chocolat


Père Arkadij, père diacre Igor et père Dimitrij

Ark-Igo-Dim1241+

vendredi 24 décembre 2004

Discussion

Michail-Arist1224-
Père Michail et le père hiérodiacre Aristoklis.

mardi 21 décembre 2004

encore sous la neige

monast1226

dimanche 19 décembre 2004

1re neige pour la Saint-Nicolas

Neige 2004+

derniers poslushniki des Mohicans

Polushnik-ange – poslushnik-hippie – poslushnik-monky
Constantin – Johannes – Philipp
constantin(2)+Johannes(8)+ Philipp(4)+

vendredi 17 décembre 2004

saint Nicolas parmi nous

SvNikolaj
La grande icône de saint Nicolas est de passage ; dans deux jours nous fêtons la Saint-Nicolas. Cette icône aux dimensions impressionnantes (0,90 x 1,20 m) a été offerte à l'église russe Saint-Alexandre-Nevsky de Jérusalem à la fin du XIXe siècle par la Grande Duchesse Elisabeth Feodorovna (sainte martyre). Après l'assassinat de la Grande Duchesse en 1918, l'icône fut confiée au patriarche de Jérusalem, de crainte que les possessions russes en Terre sainte ne soient confisquées. En mai 1963, le Patriarche Benedikt de Jérusalem remit l'icône à la moniale russe Alexandra (Hélène A. Glasounov – épouse du célèbre compositeur Alexandre Glasounov) en remerciement pour ses dons. Cette icône resta en sa possession jusqu'à sa mort, survenue le 22 août 1968. Aujourd'hui, elle se trouve à Munich, dans « la maison des Glasounov », siège de la Fondation Glasounov. Selon le testament de la famille Glasounov, l'icône de saint Nicolas doit être offerte à un monastère d'Ukraine occidentale
(en russe : voskresenie.de).

jeudi 16 décembre 2004

Coup de gueule MP hier

Le Patriarche de Moscou fait une remontrance à son clergé : les sacrements, en particulier le sacrement du baptême, ne doivent pas être payants. Certains ecclésiastiques demandent entre 1 et 5 % du prix de la voiture pour sa bénédiction... Serait-ce sous la bonne influence du clergé de l'Eglise à l'étranger ?
(www.mospat.ru
www.portal-credo.ru)