moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

vendredi 25 mai 2018

degré VII, LXX

Lestvitsa

Le saint exercice de la pénitence en produit l'heureuse habitude dans notre âme, et cette habitude nous la rend facile et agréable. Voilà pourquoi elle pousse dans nos cœurs des racines si fortes et si profondes qu'elle ne peut pas facilement ensuite nous être enlevée.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mercredi 23 mai 2018

degré VII, LXIX

Lestvitsa

Éloignez et chassez loin de vous le démon du désespoir, c'est un chien enragé, qui, lorsque vous considérez avec douleur les péchés que vous avez commis, fait tous ses efforts pour vous représenter Dieu sans clémence, sans bonté et sans miséricorde; et, si vous y faites attention, vous verrez qu'avant de vous faire tomber dans les fautes que vous pleurez, ce misérable vous peignait vivement la bonté, la clémence et la miséricorde de Dieu, mais surtout son admirable facilité à recevoir les pécheurs et à leur pardonner.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mardi 22 mai 2018

degré VII, LXVIII

Lestvitsa

Le Seigneur, dont la justice égale la sainteté, récompense, par le sentiment d'une componction pleine de foi, le moine qui, dans la solitude, vit selon la foi et les règles de la sainteté, comme Il récompense par d'ineffables consolations le moine qui, pour des motifs louables, demeure dans un monastère pour y vivre saintement sous l'autorité et l'obéissance d'un supérieur. Mais celui qui, sincèrement et selon Dieu n'embrasse pas l'un ou l'autre de ces deux genres de vie se prive misérablement du don des larmes.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

vendredi 18 mai 2018

degré VII, LXVII

Lestvitsa

La pénitence, qui est une vive et profonde douleur de l'âme, ne doit-elle pas lui fournir tous les jours de nouveaux sujets de s'affliger et de souffrir ? Et l'âme pénitente ne ressemble-t-elle pas à une femme qui est dans les douleurs de l'enfantement ?

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

jeudi 17 mai 2018

degré VII, LXVI

Lestvitsa

Pense-t-il aux exercices du Gymnase et aux pièces qu'on doit jouer sur le théâtre, le criminel qu'on a condamné à la peine capitale ? Or, celui qui pleure des péchés qui lui ont mérité des tourments éternels, pourrait-il se livrer au plaisir, à la vaine gloire, à la colère et à la mauvaise humeur ?

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mercredi 16 mai 2018

degré VII, LXV

Lestvitsa

Cette âme ressemble encore à un autre enfant. Voyez-vous cette mère qui se cache avec adresse et se dérobe à la vue de son fils ? Mais entend-elle ses cris plaintifs, et voit-elle couler ses larmes ? Alors, elle éprouve un plaisir délicieux. Elle lui apprend par là et lui fait sentir l'importance et la nécessité de ne pas s'éloigner de sa présence; et c'est ainsi qu'elle nourrit et qu'elle augmente dans son enfant l'affection qu'il a pour elle. Or, dit le Seigneur : Que celui qui a des oreilles pour entendre, entende ces paraboles (Luc 14,35).

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

lundi 14 mai 2018

degré VII, LXIV

Lestvitsa

Voyez combien une âme religieuse a de ressemblance avec un petit enfant : à peine connaît-il son père qu'on le voit rempli d'une joie qu'il ne peut exprimer; et, si pour de bonnes raisons son père s'absente, quand il revient, l'enfant témoigne à la fois son contentement et sa peine : son contentement, parce qu'il reçoit son père après une absence qui lui a bien duré; sa peine, parce qu'il a été privé si longtemps de sa présence. 

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

samedi 12 mai 2018

degré VII, LXIII

Lestvitsa

Prenez garde de vouloir, avant le temps, vous élever à une sublime contemplation; mais faites en sorte que, par la perfection de votre humilité, ce soit elle qui vous cherche et vous saisisse pour s'unir à votre âme par une union pure et indissoluble.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

vendredi 11 mai 2018

degré VII, LXII

Lestvitsa

Repoussez loin de vous par un esprit d'une véritable humilité toute joie étrangère, comme étant indigne de vous; et ne cessez de craindre que, par les tromperies du démon, vous ne receviez un loup dévorant, au lieu d'un pasteur de votre âme.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

jeudi 10 mai 2018

degré VII, LXI

Lestvitsa

Les larmes que produit la pensée de la mort font naître la crainte de Dieu dans les cœurs; cette crainte de Dieu engendre la confiance, et cette ferme confiance en Dieu donne une joie parfaite, laquelle produit enfin la fleur divine de l'amour.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mercredi 9 mai 2018

degré VII, LX

Lestvitsa

Mais, si une âme profondément pénitente et sincèrement affligée de ses péchés reçoit de Dieu des consolations ineffables, une âme pure et sainte reçoit de Lui des lumières extraordinaires. Or cette illumination divine est une impression douce et forte qu'on ne peut ni exprimer, ni comprendre, ni voir : c'est la foi seule qui la fait comprendre, voir et sentir. Quant aux consolations d'une âme pénitente, c'est un certain rafraîchissement doux et agréable qui rend en quelque sorte cette âme semblable à un enfant qui pleure et rie presque en même temps. Ce rafraîchissement, par un effet admirable, renouvelle cette âme affligée, et fait que ses larmes, d'amères qu'elles étaient, deviennent douces et agréables.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mardi 8 mai 2018

degré VII, LIX

Lestvitsa

Voici ce que m'a raconté de lui-même un homme illustre par une longue et rigoureuse pénitence : «Lorsque, me dit-il, j'étais tenté de me livrer à la vaine gloire, à l'impatience, à l'intempérance, le souvenir de ma pénitence s'y opposait fortement, et me faisait entendre au-dedans de moi ces paroles sévères : Prends bien garde de te laisser aller à la vaine gloire, autrement je t'abandonnerai; et il en faisait autant par rapport aux autres tentations que j'éprouvais. Or j'avais coutume de lui répondre : Je ne vous désobéirai jamais, jusqu'à ce que vous puissiez me présenter avec assurance devant le tribunal de Jésus Christ.»

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

lundi 7 mai 2018

degré VII, LVIII

Lestvitsa

Or cette pénitence précède, dans une âme, la paix et la tranquillité du cœur : c'est elle qui, en la purifiant, et en lui procurant la victoire sur les passions et sur les mauvaises habitudes, la revêt de son premier ornement.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

dimanche 6 mai 2018

degré VII, LVII

Lestvitsa

Ces sortes de pénitents ne se permettent même pas de chanter en leur particulier des hymnes et des cantiques, parce que ces cantiques seraient capables d'étouffer leurs soupirs et de diminuer leurs larmes. Si donc vous prétendez que par le chant des hymnes, vous exciterez en vous les sentiments de la pénitence, sachez que vous êtes bien loin d'elle, et qu'elle est bien loin de vous. La pénitence est une douleur de l'âme laquelle demeure dans elle depuis longtemps, et lui est conservée par le moyen du feu de l’amour.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

samedi 5 mai 2018

degré VII, LVI

Lestvitsa

De même qu'une pauvre veuve, après la mort de son mari, ne trouve de consolation que dans un fils unique qui lui reste; ainsi une âme qui est tombée dans le péché ne peut trouver quelque soulagement au moment de quitter la vie que dans les travaux pénibles qu'elle a supportés, dans les jeûnes rigoureux qu'elle a pratiqués, dans les larmes qu'elle a versées, et dans la pénitence qu'elle a faite.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

vendredi 4 mai 2018

degré VII, LV

Lestvitsa

Mais rien, je crois, ne peut contribuer davantage à nous convaincre combien nous avons besoin de pleurer nos péchés, et combien les larmes d'une douleur sincère sont utiles à notre âme, que l'histoire vraiment extraordinaire et surprenante que je vais vous raconter.
Il y avait dans le monastère où j'étais, un moine nommé Stéphane ; comme il aimait la vie solitaire et érémitique, depuis un grand nombre d'années il vivait entièrement séparé des frères, et s'était rendu recommandable par ses jeûnes rigoureux, par ses larmes abondantes et par d'autres vertus excellentes. Il avait fixé sa cellule au pied de la sainte montagne où Élie avait vu autrefois la présence de Dieu. Mais cet homme vraiment respectable, désirant pratiquer des exercices d'une pénitence plus austère et plus laborieuse, se retira au désert des Anachorètes, appelé Siden, et y vécut plusieurs années dans la plus sévère et la plus étroite discipline. Ce lieu, privé absolument de toute consolation humaine, était d'un abord presque inaccessible, et était éloigné de soixante-dix milles de toute habitation.
Enfin ce saint vieillard, sur la fin de sa vie, revint trouver sa première cellule dans la montagne d'Élie, où il avait eu pour disciples deux moines de la Palestine, lesquels étaient fort pieux et sévères observateurs de la discipline religieuse. Ils étaient demeurés dans cette cellule pendant l'absence du saint vieillard, lequel, quelques jours après qu'il y fut revenu, tomba dangereusement malade, et cette maladie le conduisit au tombeau. La veille de sa mort, il fut tout à coup ravi hors de lui-même; et dans ce ravissement il regardait, tantôt à sa droite, tantôt à sa gauche; et comme si des personnes lui eussent fait rendre compte de sa vie, il leur répondait si haut, que tous ceux qui étaient présents pouvaient le comprendre. «Oui, disait-il quelquefois, c'est vrai; j'ai commis cette faute, mais j'ai jeûné tant d'années pour l'expier»; et d'autres fois, «Non, je n'ai pas fait ce péché; vous m'accusez à tort.» Puis il ajoutait : «Je confesse que je me suis rendu coupable de cette faiblesse; mais j'ai pleuré, j'en ai fait pénitence et j'ai tâché de la racheter par de saints exercices et par des œuvres de charité. Mais c'est absolument à tort que vous m'accusez cette fois» reprenait-il avec vivacité. Sur d'autres chefs, il disait : «Vous avez raison; j'avoue que je suis coupable et que je n'ai rien à répondre pour me justifier; que je n'ai pour ressource que les miséricordes de Dieu, en qui je mets toute ma confiance.»
Or cet examen extraordinaire et si sévère était un spectacle effrayant et terrible, et d'autant plus terrible que ce pauvre moine était accusé des fautes mêmes qu'il n'avait pas commises. Ah ! Juste ciel ! si un solitaire fervent, un anachorète qui, pendant quarante années passées dans la vie érémitique, avait pleuré amèrement ses péchés, et les avait expiés par toute sorte d'austérités, avoue cependant que, sur certaines fautes il n'a rien à répondre pour s'excuser, que pourrai-je donc devenir, moi ? Ne dois-je pas m'écrier : «Malheur à moi ! Oui, malheur à moi, misérable, puisque ce grand solitaire n'a pas même pu fermer la bouche aux démons qui l'accusaient, par ces paroles d'Ézéchiel : Le Seigneur a dit : Je vous jugerai selon vos voies (Ez 33,13)» ? Mais gloire soit rendue à Dieu, qui seul connaît les choses cachées ! Cependant je peux vous assurer que plusieurs personnes m'ont dit que tandis qu'il était au désert, ce bon solitaire donnait de sa propre main à manger à un léopard. Or ce fut pendant qu'il subissait cet examen rigoureux, et qu'on lui faisait rendre compte de sa vie, qu'il rendit son âme à Dieu, sans que nous ayons pu savoir quelle a été la fin de ce jugement, et quelle a été la sentence qu'il a reçue.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

jeudi 3 mai 2018

degré VII, LIV

Lestvitsa

Quant à moi, je vous avoue qu'en considérant la nature de la componction du cœur, je suis frappé d'étonnement, et je ne peux me lasser d'admirer comment il peut se faire que la douleur et l'affliction de la pénitence renferment en elles-mêmes la joie et l'allégresse, à peu près comme l'hexagone des abeilles renferme le miel. Mais que nous apprend cette merveille ? Que la tristesse et les larmes d'une âme contrite et pénitente sont vraiment et réellement un don de Dieu; car ce qui fait que cette âme repentante éprouve ce plaisir et cette joie intérieure, si douce et si consolante, c'est que Dieu Lui-même, d'une manière secrète et invisible, communique aux cœurs affligés et brisés par la douleur de leurs fautes, les douceurs et les consolations d'une joie toute céleste.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mercredi 2 mai 2018

degré VII, LIII

Lestvitsa

En observant attentivement les divers artifices du démon, nous verrons que très souvent il nous fait tomber dans une illusion bien funeste et bien propre à nous faire de la peine, et qu'il nous joue d'une manière bien fâcheuse. En effet est-il rare que, lorsque nous nous rassasions bien, et que nous contentons notre sensualité, il nous attendrisse lui-même, et nous fasse répandre des larmes en abondance; et que, lorsque nous avons fidèlement observé le jeûne et les règles de la tempérance, il nous endurcisse et fasse tarir la source de nos pleurs ? Or qui pourrait ne pas voir que, par les fausses larmes qu'il arrache à nos yeux, il veut que nous nous abandonnions à l'intempérance et à la sensualité, deux sources fécondes de vices ? Mais, au lieu de nous laisser prendre à ses pièges, ayons soin de faire le contraire de ce qu'il nous suggère.

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

mardi 1 mai 2018

degré VII, LII

Lestvitsa

Souvent aussi il arrive que les larmes donnent de la vanité à ceux qui n'ont qu'une vertu faible et chancelante. Aussi par un trait admirable de sa Providence, Dieu les prive de ce don qui leur devient funeste, afin qu'en le désirant et en le demandant, ils s'affligent et se condamnent eux-mêmes, qu'ils vivent dans les soupirs et les gémissements, dans la douleur et la tristesse, dans de dures inquiétudes et dans une déchirante anxiété; car, dans les desseins de Dieu, toutes ces peines qu'ils endurent, leur tiennent lieu du don des larmes, et, quoiqu'il leur semble n'en retirer aucun fruit, elles leur sont infiniment avantageuses. 

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

lundi 30 avril 2018

degré VII, LI

Lestvitsa

J'ai vu des personnes qui paraissaient être sans tristesse, quoique réellement elles fussent très affligées; mais à l'extérieur vous les auriez prises pour des gens dans la joie, et non dans l'affliction. Or l'Amour de Jésus-Christ les a mises à l'abri de tout danger; les démons ne leur peuvent rien, car on peut leur appliquer ces paroles : Le Seigneur éclaire les ténèbres des aveugles (Ps 145,8). 

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
«De la tristesse qui produit la Joie»
(О радостотворном плаче)

- page 1 de 215