moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

lundi 14 mars 2011

à l'exemple de Moïse

Un récit édifiant emprunté au journal du jeune prêtre russe Antoine Skrynnikov.

Moïse« Il y a peu, il fallait vérifier la chaudière placée dans le sanctuaire, qui gère le chauffage. Je ne sais pas de quoi il s'agissait, mais nous avons fait appel à un paroissien plombier. C'est moi qui devais le conduire dans le sanctuaire et lui montrer la «zone à problème». Devant les portes du sanctuaire, il se mit à retirer ses chaussures. En dépit de mes exhortations à ne pas faire cela, parce que tout le monde entre dans le sanctuaire ainsi, il ne m'a pas écouté et m'a dit qu'il n'entrerait pas dans un endroit saint avec des chaussures. Ensuite il se prosterna longuement devant l'autel et pria. Finalement, il se mit à démonter la chaudière, et je sortis. Au bout de 10 minutes je suis entré dans le sanctuaire et ai entendu qu'il parlait avec quelqu'un. J'ai tendu l'oreille et ai entendu ces mots étonnants : «Seigneur, mon tout Proche (Родненький), aide-moi. Que ferais-je sans Toi avec mon cerveau ? sans Toi je n'arriverai à rien.»
C'était la conversation réelle d'un homme réel avec le Dieu réel. Il parlait avec Lui, sachant qu'Il était tout près de lui. C'était la conversation d'un fils aimant avec un père aimant.
Et il était effrayant de voir à quel point on s'habitue rapidement à la sainteté du sanctuaire, parfois on a même la paresse de faire les métanies en entrant. Seigneur, donne-nous une telle foi «d'enfant»...

P.-S. Les Coptes ont pour tradition d'enlever leurs chaussures en s'approchant de la Communion.

Idée de Nicolas.

Lire la suite...

jeudi 4 novembre 2010

Père Thaddée

Depuis qu'est sorti le petit livre Paix et joie dans le Saint-Esprit du Père Thaddée de Vitovnica, nous avons publié — avec l'autorisation de l'éditeur — plusieurs extraits étonnants de ses pensées. Père Tadej, comme on prononce en serbe, a donné une interview en six parties (merci à PS pour le lien !) que nous avons regroupées en une. L'intérêt est que cette version est sous-titrée en anglais (c'est déjà ça !). Mais même si l'on ignore le serbe ou l'anglais, on découvrira la spiritualité du starets à travers les images (comme lors de la rencontre dans notre monastère avec le Père Éli, confesseur du monastère d'Optino).

Father Tadej interview

http://embedr.com/playlist/father-tadej

dimanche 24 octobre 2010

starets Thaddée - enseignements

Thaddee Age-dhommeLes Éditions L'Âge d'Homme viennent de publier un petit livre très utile dans la coll. Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle, dirigée par J.-C. Larchet : Paix et joie dans le Saint-Esprit du Père Thaddée.
Père Thaddée est devenu moine au monastère de Milkovo, en Serbie, lorsque ce monastère était habité par des moines russes. Il avait comme père spirituel le célèbre l'archimandrite Ambroise (Kurganov), et connaissait donc le futur archevêque et saint Jean de Changhaï qui avait reçu la tonsure en 1926 dans ce monastère.
En lisant ce livre, j'ai retenu quelques passages instructifs ou étonnants que je publierai dans des billets séparés, avec l'autorisation de l'éditeur.

L'éditeur présente le livre de façon remarquable :
« Le Starets Thaddée (Štrbulović) de Vitovnica (1914-2003), moine serbe formé dans la tradition des startsy russes d’Optino à la spiritualité orthodoxe, a donné à celle-ci, à travers son expérience personnelle, une marque particulière. Le thème de la maîtrise des pensées occupe dans son enseignement une place centrale, avec l’idée forte que chacune de nos pensées (pensées au sens propre, mais aussi représentations, imaginations, intentions …) a, selon sa qualité spirituelle positive ou négative, une influence directe (le plus souvent inconsciente) sur notre état intérieur, mais aussi sur celui des personnes de notre entourage, et même celui des animaux et des plantes qui se situent dans notre environnement. Par le contrôle spirituel de nos pensées (acquis par une conjugaison de notre effort personnel et de la grâce divine), nous pouvons donc agir positivement sur nous-mêmes, mais aussi sur les êtres qui nous entourent, et ainsi nous transformer et transformer notre environnement dans un sens conforme au projet bon de Dieu à l’égard de tous.
A travers ce thème constamment replacé dans le contexte global de la spiritualité orthodoxe traditionnelle mais qui en présente une vision renouvelée, le Starets Thaddée a constitué une véritable méthode qui permet à chacun de gérer à chaque instant sa vie spirituelle d’une manière efficace et d’y progresser jusqu’à y trouver, pour lui-même et pour ses proches, « la paix et la joie dans le Saint-Esprit ».

mercredi 29 avril 2009

Le patriarche serbe Paul et tous les évêques orthodoxes serbes

patriarche-PavleMessage de Pâques du patriarche Paul de Serbie – avril 2009

Orthodoxie.com vient de publier la traduction du message pascal de Sa Sainteté.
À lire absolument : message du patriarche Paul.

[...] «Si Lui, le Fils de Dieu, n'était pas ressuscité, l'histoire du christianisme se serait terminée par Ses dernières paroles sur la Croix : « C’est achevé » (Jn 19, 30). Mais Il est ressuscité, et au nom de cette vérité Ses disciples ont offert joyeusement leur vie pour Lui. Porteuse de cette grande vérité, Son Église a entrepris une campagne victorieuse à travers le monde, afin de vaincre sans effusion de sang Ses innombrables adversaires armés jusqu'aux dents. »
source photo : http://frmilovan.wordpress.com/

mercredi 1 avril 2009

l'Ancien Païssios de la Sainte Montagne

J'ai eu la chance de pouvoir lire attentivement le nouveau livre en français sur l'Ancien Païssios écrit par son disciple P. Isaac. Il y a quelque temps déjà, nous publiions ici en sentences une quarantaine conseils du Père Isaac l'Athonite (26 sept. 2008 et jours suivants).

L’Ancien Païssios de la Sainte-Montagne
Père Isaac, L’Ancien Païssios de la Sainte-Montagne, traduit du grec par Yvan Koenig, introduction de Jean-Claude Larchet, collection «Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle», éditions L’Age d’Homme, Lausanne, 2009, 438 p.

Le livre est divisé en deux parties égales : la première est une biographie, ou plutôt une Vie de saint ; la seconde, intitulée «Vertus et charismes», parle des dons de Père Païssios,  dont le projet de canonisation est actuel dans l'Église grecque.
Une des particularités de Père Païssios est qu'il était simple moine. Généralement, les pères spirituels sont aussi prêtres. Si saint Jean Damascène était, lui aussi, simple moine, il est plus connu pour ses écrits que par sa direction spirituelle.

Lire la suite...

mercredi 4 février 2009

profession de foi

Cet extrait de Père Porphyre, Vie et paroles (à paraître prochainement aux éditions L'Age d'Homme dans la collection "Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle") reflète entièrement l'approche du responsable de ce blog.
Et c'est peut-être pour cela que, par les prières de Père Porphyre, se retrouvent ici des chrétiens allant de l'orthodoxe extrêmement «œcuméniste» à l'orthodoxe extrêmement zélote ; du catholique «fidèle» au catholique très «antivaticandiste» ; du protestant ; et aussi du musulman — à une certaine époque — choqué par le culte de la Croix ; et aussi des connaissances athées qui viennent picorer par-ci par-là. Et cet œcuménisme antiœcuméniste est une belle joie pour moi : une modeste réponse à un des commentaires de Patrick.

PorphyreLe fanatisme n'a rien à voir avec le Christ. Tu dois être un vrai chrétien. Si tel est le cas, tu n'en voudras à personne. « Ton amour supportera tout. » Tu dois te conduire en chrétien, même à l'égard de celui qui est d'une autre religion. Tu dois, en d'autres termes, l'honorer d'une manière courtoise, quelle que soit sa religion. Tu peux prendre soin d'un musulman, s'il en a besoin, lui parler, être en relation avec lui. On doit respecter la liberté de l'autre. C'est ainsi que le Christ « Se tient sur le pas de la porte et frappe », sans entrer par effraction. Il attend que l'âme, librement, L'accueille d'elle-même. C'est de la même manière que nous devons, à notre tour, attendre devant toute âme. Dans notre effort d'action missionnaire, c'est une attitude de délicatesse qui doit prévaloir. C'est ce qui fera que les âmes accepteront sans réagir ce que nous leur offrons : paroles, livres…
Ajoutons encore une chose. Peu de mots. Les mots sonnent aux oreilles et, bien souvent, excitent les nerfs. C'est la prière et la vie qui ont un retentissement. La vie émeut, elle fait renaître et changer, alors que les mots demeurent infructueux. Il n'est de meilleure action missionnaire que celle de notre bon exemple, de notre amour, de notre douceur.

vendredi 2 janvier 2009

de bons conseils

staretz
CLIQUER POUR AGRANDIR (en russe)

samedi 29 novembre 2008

calendrier de carême

Comme promis, voici une sorte de « calendrier de l'Avent ». Les dates sont celles du calendrier civil.
Il indique les règles en vigueur dans les monastères orthodoxes (en fait, les règles de l'Église) pour ce qui concerne les autorisations alimentaires pendant le carême de la Nativité. La règle est que :

  • les samedis et dimanches : poissons, crustacés, huile et vin sont autorisés ;
  • les mardis et jeudis : l'huile et le vin sont autorisés ;
  • les autres jours (lundi, mercredi et vendredi) : plats cuisinés à l'eau, sans huile.
Certains jours consacrés à certains saints ou fêtes, la règle élève d'un degré les autorisations: huile et vin — les lundis, mercredis et vendredis ; poisson — les autres jours.
Il est sans doute superflu de préciser que chacun observe le carême selon ses forces et possibilités, avec la bénédiction de son père spirituel.
calendrier alimentaire du carême de la Nativité

mercredi 5 novembre 2008

Du monachisme orthodoxe

Une vieille dame me demandait un jour à quel ordre monastique j'appartenais. La dame étant russe, quoique vivant depuis longtemps aux États-Unis, j'ai été surpris par sa question. Dans un livre incontournable, Vladimir Lossky explique bien et en peu de mots la situation.

Athos 1930« La vie spirituelle dans l'Orthodoxie connaît une grande richesse de formes, dont le monachisme demeure la plus classique. Toutefois, contrairement au monachisme occidental, celui d'Orient ne comprend pas une multiplicité d'ordres différents. Cela s'explique par la conception même de la vie monastique, dont le but ne peut être que l'union avec Dieu dans le renoncement total à la vie de ce siècle. Si le clergé séculier (prêtres et diacres mariés) ou les confréries de laïcs peuvent s'occuper d'œuvres sociales ou se vouer à d'autres activités extérieures, il en est autrement des moines. Ils prennent l'habit avant tout pour vaquer à l'oraison, à I'œuvre intérieure, dans un cloître ou dans un ermitage. Entre un monastère de vue commune et la solitude d'un anachorète qui continue les traditions des Pères du désert, il y a plusieurs types intermédiaires d'institutions monastiques. On pourrait dire en général que le monachisme oriental est exclusivement contemplatif, si la distinction entre les deux voies, contemplative et active, avait le même sens en Orient qu'en Occident. En réalité, les deux voies sont inséparables pour les spirituels orientaux : l'une ne peut s'exercer sans l'autre puisque la maîtrise ascétique, l'école de l'oraison intérieure, reçoivent le nom d'activité spirituelle. Si les moines exercent parfois des travaux physiques, c'est surtout dans un but ascétique, pour arriver mieux à rompre la nature rebelle; aussi pour éviter l'oisiveté, ennemie de la vie spirituelle. Pour atteindre à l'union avec Dieu, dans la mesure où elle est réalisable ici-bas, il faut un effort continuel ou, plus précisément, une veille incessante à ce que l'intégrité de l'homme intérieur, « l'union du cœur et de l'esprit » (pour employer l'expression de l'ascétique orthodoxe) résiste à tous les assauts de l'ennemi, à tous les mouvements irraisonnés de la nature déchue. La nature humaine doit changer, elle doit être transfigurée de plus en plus par la grâce sur la voie de la sanctification qui a une portée non seulement spirituelle, mais aussi corporelle et, par là, cosmique. L'œuvre spirituelle d'un cénobite ou d'un anachorète vivant retiré du monde, même si elle reste inaperçue de tous, garde toute sa valeur pour l'univers entier. C'est pourquoi les institutions monastiques ont toujours joui d'une grande vénération dans tous les pays du monde orthodoxe. »

Vladimir Lossky, Essai sur la théologie mystique de l'Église d'Orient, Ed. Aubier 1944,
Cerf 2008 p. 15.
photo : Mont-Athos, années 1930 (source : universalis.fr)

vendredi 29 août 2008

père Païssios l'Athonite

Père Païssios, le célèbre moine du Mont-Athos, un des plus grands et plus célèbres spirituels orthodoxes du XXe siècle, n'est sans doute plus à présenter.
Je propose trois vidéos où l'on peut entendre un enregistrement pris dans sa cellule. Quand on sait que l'Ancien Païssios ne se laissait ni photographier ni enregistrer, on appréciera d'autant plus ces quelques paroles et les photos qui illustrent l'entretien.

Ancien Païssios, l'Athonite 1/3

Lire la suite...

jeudi 31 juillet 2008

je ne fais pas ce que je veux

jacob... je suis un être de chair, vendu au pouvoir du péché.
Vraiment ce que je fais je ne le comprends pas : je ne fais pas ce que je veux, mais je fais ce que je hais... ce n'est pas moi qui accomplis l'action, mais le péché qui habite en moi...
Vouloir le bien est à ma portée, mais non pas l'accomplir : je ne fais pas le bien que je veux et je commets le mal que je ne veux pas ; et si je fais ce que je ne veux pas, c'est que ce n'est plus moi qui accomplis l'action, mais le péché qui habite en moi.

Je trouve donc une loi qui s'impose à moi, quand je veux faire le bien c'est le mal qui se présente à moi ; je me complais dans la loi de Dieu du point de vue de l'homme intérieur, mais il y a dans mes membres une autre loi qui lutte contre ma raison et qui m'enchaîne au péché qui est dans ma chair !
Malheureux homme que je suis !
Qui me délivrera de ce corps qui me voue à la mort ?
Grâces soient à Dieu par Jésus-Christ notre Seigneur !
(Saint Paul, Épitre aux Romains 7, 14)

samedi 19 juillet 2008

un ermite à la Pierre-qui-vire

ermite Adalbert de Vogüé 1/3


Né en 1924, Adalbert de Vogüé est devenu moine de la Pierre-qui-Vire en 1944. Docteur en théologie (Paris, 1959), il a donné un enseignement sur les Pères de l'Église et les anciens moines dans son monastère et au Collège Saint-Anselme de Rome. Depuis 1974, il habite un ermitage à proximité de son monastère et se consacre à une « somme » sur l'histoire de la vie monastique telle qu'elle apparaît dans les écrits des anciens moines : pour une autre époque et une autre aire géographique, cette vaste entreprise sans équivalent s'apparente à l'« Histoire littéraire du sentiment religieux en France » d'Henri Brémond (1924). Après douze tomes sur le monachisme latin dont les derniers paraîtront bientôt aux Éditions du Cerf, Adalbert de Vogüé travaille actuellement à la série sur le monachisme grec. Interviewé par Marcel Brisebois pour RENCONTRES à la télévision de Radio-Canada.

Lire la suite...

mardi 15 juillet 2008

direction spirituelle

« Autant que nous le sachions, il n'y a plus de startsy aujourd'hui, c'est-à-dire d'anciens réellement théophores (dans l'esprit des Anciens d'Optino) qui pourraient guider non pas par leur propre sagesse et compréhension des Pères saints, mais par l'illumination du Saint Esprit. Ce type de direction n'est pas donné à notre époque et, franchement, dans notre faiblesse, notre corruption et nos péchés, nous ne le méritons pas.

A notre époque est donné un genre plus modeste de vie spirituelle, que l'évêque Ignace Briantchaninov dans son excellent livre L'arène appelle la vie par conseil, c'est-à-dire une vie selon les commandements divins tels que nous les apprenons dans les Saintes Ecritures et les Pères saints, avec l'aide de ceux qui sont anciens et plus expérimentés. Un starets peut donner des ordres ; mais un conseiller donne son avis, qu'il faut tester par l'expérience. »

Extrait d'une Lettre sur la direction spirituelle du père Séraphim (Rose)
empruntée au dernier numéro de La Voie orthodoxe (N° 48) édité par p. Quentin de Castelbajac