moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 18 décembre 2016

saint Sabbas

Vidéo : ΣΠΑΝΙΟ ΒΙΝΤΕΟ ΤΗΣ ΜΕΤΑΚΟΜΙΔΗΣ ΤΩΝ ΛΕΙΨΑΝΩΝ ΤΟΥ ΑΓΙΟΥ ΣΑΒΒΑ ΤΟ 1965

source

jeudi 4 février 2016

canonisation

saint Théophile de Kiev saint
Le concile de l'Église russe qui s'est achevé hier, a décidé de canoniser (parmi d'autres) deux saints locaux de l'Église d'Ukraine : le bienheureux saint Théophile de Kiev et le saint métropolite Philarète de Kiev, deux saints contemporains qui se sont rencontrés plusieurs fois dans des conditions parfois anecdotiques (cf. la vie de saint Théophile, en français).
Deux saints que j'admire particulièrement, et dont j'ai parlé par le passé.

mercredi 28 août 2013

Ancien Joseph l'Hésychaste

L'Ancien Joseph l'Hésychaste s'est endormi dans le Seigneur en 1959, le jour de la Dormition de la Mère de Dieu.
Il est commémoré comme saint local au Mont-Athos.
Dans la suite du billet — le récit de sa fin bienheureuse, écrit par le P. Ephrem de Philothéou dans son livre Ma vie avec l'Ancien Joseph (en russe).
En français, nous renvoyons vers le livre présentant la vie et l'enseignement spirituel de l'Ancien Joseph, écrit par l'un de ses plus proches disciples, le Père Joseph de Vatopaidi, qui a été publié aux éditions du Cerf, parmi les premiers volumes de la collection "Grands spirituels orthodoxes du XXe siècle", sous le titre L'Ancien Joseph l'Hésychaste
Et les Lettres spirituelles publiées chez L'Age d'Homme.

Lire la suite...

samedi 10 décembre 2011

Père Alexis Metchiov

J'ai reçu récemment en service de presse un nouveau livre sur Le Père Alexis Métchev, starets de Moscou de Moniale Juliana publié par L'Âge d'Homme. J'en dirai donc quelques mots.
Il faut bien reconnaître que quand on est passé à la lecture de livres électroniques, il est peu «confortable» de revenir aux livres «classiques». De nombreux éditeurs ou libraires ont créé parallèlement une collection numérique (par exemple, le dernier Goncourt existe en livre classique et numérique — et numérique pirate); L'Âge d'Homme n'en a pas (encore ?). Mais j'en parlerai dans un prochain billet, car chaque éditeur (nous sommes aussi éditeur) doit réfléchir à l'avenir du livre et s'adapter à l'évolution des techniques.

Dans l'introduction au recueil d'articles consacrés au Père Alexis Metchiov (on prononce ainsi en russe) et  réunis dans un livre «Отец Алексей Мечев» publié par YMCA-Press en 1970, Nikita Struve précise que le nom du Père Alexis était peu connu à l'époque — en particulier en Occident. Trente ans plus tard, en 2000, il est canonisé par l'Église russe (et fêté le 9/22 juin).
Le saint Père Alexis (1859-1923) a beaucoup de points communs avec saint Jean de Cronstadt : comme lui c'est un starets prêtre et à la différence de la majorité des starets, il n'est pas moine mais célèbre chaque jour la divine Liturgie. Saint Jean de Cronstadt lui rendit d'ailleurs visite alors que saint Alexis venait de perdre une épouse qu'il aimait énormément, et lui dit : « Je ne suis pas venu partager ta peine, mais ta joie — le Seigneur t'a visité — abandonne ta cellule et va vers le peuple. Ce n'est qu'à partir de maintenant que tu commenceras à vivre. »
Le livre publié par JC Larchet dans sa collection «Grands spirituels du XXe siècle» est divisé en trois parties comprenant 1) une traduction de l'ouvrage de la moniale Juliania (Sokolova) édité à Moscou en 1999 (Соколова, Иулиания, монахиня. Жизнеописание московского старца отца Алексея Мечева. М.: Русский Хронограф, 1999. Disponible en fichier audio en russe); 2) des témoignages; 3) des homélies et conseils spirituels.
En complément : voir les photos impressionnantes du transfert des reliques du saint, à Moscou en 2001 : www.st-nikolas.orthodoxy.ru/news/0929.html

Lire la suite...

lundi 23 mai 2011

martyr Eugène Rodionov

martyr Eugène Rodionov Евгений Родионов


Евгений РодионовLe martyr Eugène Rodionov est un soldat russe de 19 ans exécuté pour sa foi.
En 1996, il est fait prisonnier en Tchétchénie.
Le 23 mai 1996, jour de son 19e anniversaire, et jour de l'Ascension du Seigneur,  il est exécuté près de Bamut après avoir été torturé pour avoir refusé de retirer sa croix de baptême et de renier le Christ
Cette croix a été remise par la mère de Génia à l'église Saint-Nicolas de Pygy à Moscou, et est conservée dans le sanctuaire de cette église.

En complément : un article en russe sur la difficulté de peindre les icônes des saints soldats nouvellement canonisés.

mercredi 30 mars 2011

saint Alexis homme de Dieu

Où il est dit que saint Alexis «homme de Dieu», dont c'est aujourd'hui la fête, doit être appelé «prepodobnyj» et non «svjatyj pravednyj». On sait, en effet, qu'il y a plusieurs catégories de saints et qu'il convient d'indiquer cette catégorie quand on les nomme — en particulier lors de la lecture des canons des Matines. «Saint apôtre André, prie Dieu pour nous» ou saint hiérarque, saint martyr, etc.
Les moines sont appelés en russe «prepodobnyj» (très ressemblant — à Dieu) et bien que saint Alexis ne soit pas un moine, c'est ainsi qu'il doit être nommé et non «svjatyj pravednyj» qui est utilisé pour les non-moines comme saint Jean de Cronstadt, saint Philarète le Miséricordieux.

Pour ce qui concerne les équivalents en français, je donne ma langue au chat...

Lire la suite...

mardi 17 août 2010

les 7 adolescents d'Éphèse

7 adolescents d'Ephese
Fête des sept adolescents d'Ephèse :
saints Maximilien, Jamblique, Martinien, Jean, Denis, Constantin et Antonin (vers 250/446).
Récit de leur Vie : calendrier.egliseorthodoxe.com
Les musulmans ont repris la vénération des 7 adolescents qu'ils appellent les 7 dormants ; en France (en Bretagne), ils organisent même des pèlerinages en complicité avec les catholiques.

les 7 adolescents d'Ephese


Source vidéo : http://media.tv-soyuz.ru (8 mn)
Il sera sympathique pour les plus jeunes de retrouver comme présentateur d'une émission orthodoxe Denis Beresnev — un des héros de la série «Kremliovskiye Koursanty», chanteur en herbe et auteur de chansons.

jeudi 4 mars 2010

saint Dosithée

Dosithée était fils spirituel de saint Dorothée de Gaza (Palestine vers 560). Il est fêté aujourd'hui par l'Église.
Voici l'histoire remarquable de sa vie (en russe), extraite du célèbre livre : Dorothée de Gaza — Œuvres sprituelles, Sources Chrétiennes 92 (éd. et trad. Regnault & Préville) qui devrait véritablement être le livre de chevet non seulement de chaque moine, mais aussi de chaque chrétien.


durée : 25 mn
On peut écouter ou télécharger l'intégralité du livre en russe sur www.predanie.ru.

lundi 8 février 2010

saint Corbinien - 1er évêque de Munich (Freising)

Святыни Соборной горы баварского ФрайзингаАнатолий ХолодюкСвятыни Соборной горы баварского ФрайзингаУже более 1300 лет Соборная гора во Фрайзинге в Баварии чтится как духовный центр – «место молитвы, знания и культуры». Такою запоминается она и православному паломнику, неожиданно встречающему здесь среди многочисленных святынь и редкостей европейской христианской культуры и уникальную византийскую икону Божией Матери «Агиосоритисса».

mercredi 27 janvier 2010

saints Pères du Sinaï et de Raïthou

Un beau cadeau du Père Nicolas à l'occasion de la fête, aujourd'hui, des saints moines martyrs du Sinaï et de Raïthou.
Les deux récits sont extraits de la première traduction française faite et préfacée par le Hiéromoine Nicolas de l'Evergetinos, une anthologie de textes spirituels destinés à la formation de moines et de laïcs pieux composée par le moine Paul, higoumène et fondateur (1050) du monastère de la Mère de Dieu Bienfaitrice (Evergetis), près de Constantinople. Cette traduction est parue récemment en quatre volumes reliés sous le titre de Paroles et exemples des Pères. Les exemplaires sont disponibles. Les personnes désireuses d'approfondir leur vie spirituelle et d'aider ce monastère de tradition athonite (c'est un métochion de Simonos Petra) peuvent les commander (28 € le volume) à l'adresse suivante : Monastère Saint-Antoine-le-Grand, Editions du Monastère, Font de Laval, 26190 Saint-Laurent-en-Royans. France.

Everg. Tome 1, 12, [1]
Dans le récit de la mort des saints pères du Sinaï et de Raïthou.

La mère d’un jeune moine (que la rumeur disait célèbre en tous lieux pour la noblesse de son caractère) apprit que celui-ci avait courageusement résisté aux barbares et, après avoir subi d’innombrables blessures, avait été égorgé à l’intérieur même de la cellule où il avait vécu en ascète. Il ne s’en était pas enfui quand il l’aurait pu et il avait refusé de déposer l’habit monastique lorsque les barbares le lui enjoignirent avec la promesse de ne pas le tuer s’il se soumettait. Leur ayant ainsi résisté de façon virile, il avait subi courageusement la mort.
A cette nouvelle, cette mère montra par sa conduite qu’elle était de la même race que lui, une mère véritablement digne de son fils : elle revêtit aussitôt des vêtements resplendissants et changea tout son aspect extérieur en plus radieux puis, élevant les mains vers le ciel, elle s’adressa à voix haute au Christ-Sauveur : “Je t’avais remis, Maître, mon enfant et il m’est conservé maintenant et pour les siècles. Je t’ai confié cet adolescent et j’ai pu constater le soin que tu as pris de lui, et il m’est conservé, en vérité, sain, sauf et invulnérable. Ce n’est pas le fait qu’il soit mort ni la manière dont il a perdu la vie qui comptent pour moi. Ce que je considère, c’est qu’il a échappé à l’expérience du péché. S’il a pu remettre son esprit immaculé entre Tes mains, ce n’est pas parce que son corps fut meurtri de toutes parts ni parce qu’il a supporté une fin amère, mais parce que son âme était alors pure et sans tâche.
Pour moi, je compte ses blessures comme des récompenses, et j’estime que ses plaies sont des couronnes. Je voudrais, mon enfant, que ton corps ait davantage pâti pour que tes récompenses soient plus nombreuses. En cela tu m’as rétribuée de t’avoir porté en mon sein. En cela tu as satisfait aux douleurs de l’enfantement, en cela tu m’as offert la compensation de t’avoir allaité. Quoi donc ? Ne me prendras-tu pas comme partenaire dans tes combats ? Quant à moi je m’établis comme celle qui partage ta lutte.
Tu as lutté ? Et moi je me réjouis de la lutte. Tu t’es tenu face à la barbarie avec un ferme courage ? Moi, je résiste aux lois impérieuses de la nature. Tu as, aux yeux de tous, méprisé la mort ? Moi, je dépasse mon instinct maternel. Tu as supporté sans plainte la douleur de l’immolation ? Moi, je supporte la torture de mes entrailles déchirées. Nos tourments sont égaux, et les miens ne sont pas moindres. Tu as vaincu, toi, par l’amertume de la douleur ? Moi, j’ai l’avantage à cause de la longueur du temps. En effet, bien que tu aies souffert grandement, la mort n’en est pas moins venue rapidement et une fois pour toutes. Mais moi, je traîne ma souffrance à longueur de temps et je la supporte en la modérant, considérant avec sagesse que tu jouis assurément auprès de Dieu de la vie parfaite et que, dans peu de temps, j’en suis persuadée, je bénéficierai là-haut du soin qu’on prend des Anciens lorsqu’en moi sera brisé ce vase d’argile, quelle qu’en soit la manière, et que je m’en irai vers le Siècle à venir.
Bienheureuse suis-je, entre toutes les mères pour avoir présenté à Dieu un tel combattant : bienheureuse, encore une fois, car j’ai l’assurance en vérité de pouvoir me glorifier à l’avenir, car c’est à cause du Christ que tu as été délié et tu demeureras avec lui éternellement, jouissant de délices qui n’ont pas de fin.”

Lire la suite...

samedi 7 novembre 2009

saint Gabriel l'Athonite, thaumaturge d'Odessa

Gavriil odesskij
Petit miracle.
Récemment, notre abbé ramenait de Terre sainte des reliques : celles de saint Gabriel l'Athonite, thaumaturge d'Odessa. La semaine dernière, en visite pastorale dans le Nord du pays, il recevait tout à fait «par hasard» une icône de ce même saint. Les reliques ont donc été placées dans l'icône.
Mais il n'y a pas de hasard : saint Gabriel fut l'higoumène du skite russe du Prophète-Élie au Mont-Athos : un skite — ressemblant plus à un monastère qu'à un skite par ses dimensions — qui fut longtemps sous la juridiction de l'Église russe hors frontières.

Saint Gabriel (son nom de baptême était Georges) est né en 1849 dans le gouvernement de Kiev. Orphelin à 12 ans, le jeune homme devint ensuite novice à la Pustyn' de Saint-Théophane de Kiev. En 1867, il obtient l'autorisation d'effectuer un pèlerinage en Terre sainte ; l'année suivante au Mont-Athos où il reste. En 1869, à l'âge de 20 ans, il devient moine au skite russe du Prophète-Élie et reçoit le nom de Gabriel en l'honneur du saint Archange. En 1874, il est ordonné diacre, deux ans plus tard — prêtre. Il devient économe et trésorier du skite, supérieur de la dépendance du skite à Constantinople. En 1887, il devient l'abbé du skite. En 1891, il est fait archimandrite par le patriarche de Constantinople. En 1893, il se rend en Russie avec des icônes du skite afin de recueillir des dons pour la construction de la nouvelle église cathédrale. Dans les années 1894-1896, il fait construire à Odessa une grande église et une hôtellerie pour les pèlerins se dirigeant vers la Sainte Montagne. C'est aussi en 1894 que débute la construction de nouveaux bâtiments pour les moines du skite du Prophte-Élie sur l'Athos : elle durera quatre ans. En 1899 débute la construction de la cathédrale. Mais en 1901, saint Gabriel est envoyé en Russie pour les affaires des dépendances du skite à Odessa, Taganrog, Novonikolaievsk, et y décède le 19 octobre (1er novembre). Ses reliques furent alors transportées à Odessa dans la cathédrale. Les reliques furent découvertes incorrompues le 9 (22) juillet 1994 et placées dans la cathédrale même. La canonisation du saint eut lieu la même année. À Odessa, iI est fêté le 22 juillet.
Une hymne acathiste en slavon lui a été composée.

Lire la suite...

samedi 19 septembre 2009

saint archange Michel

Михаил в ХонехL’apôtre saint Jean l’Evangéliste avait prophétisé la visite providentielle de l’archange Michel dans un lieu nommé Chonaïs (Colosses) en Phrygie. Peu de temps après, une source miraculeuse jaillit de la terre. Une église y fut construite en l’honneur de l’Archange. Les habitants, jaloux des prodiges qui s’y accomplissaient, frappèrent le jeune Archippe qui la gardait et voulurent en vain boucher la source et détourner une rivière pour qu’elle envahisse l’église. Mais l’Archange apparut, semblable à une colonne de feu. Il frappa la terre de son bâton et fendit le rocher, laissant passer les eaux en les détournant de l’église. C’est parce que le fleuve est depuis lors comme absorbé par le rocher qu’on a appelé ce lieu «Chonaïs» (chônè : creuset, entonnoir), à la gloire de Dieu et en l’honneur du protecteur des croyants, le saint archange Michel.

Jouissant d’une grande vénération en Israël, l’Archange est fêté plusieurs fois par an par l’Eglise : le 29 septembre et le 8 mai (apparition au mont Gargano, en 492), le 16 octobre (apparition à saint Aubert d’Avranches, au mont Tombe, le mont Saint-Michel, en 708), le 8 novembre (fête des saints archanges Michel et Gabriel et des autres puissances incorporelles). Il est, son icône le montre, l’ange du combat spirituel (cf. Apocalypse 12, 7-9), vainqueur par l’humilité (son nom se traduit : «Personne n’est comme Dieu !»). Plusieurs pays, dont la France, le considèrent comme leur protecteur. Il contribue à la guérison des malades. Il prend soin des fidèles défunts.
source : http://www.paroisse-saint-martin.fr/2009/08/31/agenda-de-la-semaine-du-31-aout-au-6-septembre-2009
Anniversaire de la chirotonie de trois certains lecteurs meudonnais.

mardi 23 juin 2009

saint Timothée

timofej prusskij
Nous célébrons aujourd'hui la mémoire du saint évêque martyr Timothée de Brousse.
En russe, on dit «de Prusse» (прусский) du grec Προύσα (du nom du roi de Bithynie, Prusias Ier), ce qui pourrait induire en erreur...
Brousse
est en effet une ville d'Asie mineure — la Turquie actuelle, où le saint évêque a subi le martyre au IVe siècle. Ses reliques furent ensuite transférées à Constantinople.

lundi 16 mars 2009

saint Jean Climaque

Иоанн ЛествичникAprès les Méditations spirituelles de saint Grégoire le Sinaïte, et avec un retour en arrière de six siècles, nous proposons L'Échelle sainte — l'ouvrage principal d'un autre Sinaïte qui a eu une forte influence sur saint Grégoire : saint Jean Climaque.
Au printemps 2006, nous avions déjà proposé cinquante sentences extraites de l'Échelle.

L'ouvrage est divisé en 30 «degrés» (chapitres) comportant chacun entre 6 et 186 instructions (plus de 1 200 en tout) :
— degrés 1–4 : renoncement au monde et obéissance à un père spirituel ;
— degrés 5–7 : pénitence et affliction comme voies de la véritable joie ;
— degrés 8–17 : lutte contre les vices et acquisition des vertus ;
— degrés 18–26 : fuite des pièges de l'ascèse (paresse, orgueil, pusillanimité) ;
— degrés 27–29 : atteinte de l’hésychia (paix de l'âme) et de l’apatheia (impassibilité).

Né à Constantinople entre 580-680, moine à vingt ans au monastère Sainte-Catherine du Sinaï (Égypte), ermite durant quarante ans (à Tholas, situé à cinq milles du grand Monastère du Sinaï), puis élu à un âge avancé supérieur du monastère Sainte-Catherine du Sinaï, Jean se retire ensuite à nouveau dans la solitude et meurt entre 650 et 680.
Pour une biographie plus complète en français, on peut renvoyer à cette page : calendrier.egliseorthodoxe.com.

mardi 17 février 2009

saint Grégoire le Sinaïte

mnikhEn introduction à une nouvelle série de sentences quotidiennes extraites des 137 chapitres ou méditations spirituelles, nous proposons ci-dessous un résumé de la Vie de Saint Grégoire le Sinaïte, qui est fêté le 8 août (21 août selon le calendrier civil).

Saint Grégoire le Sinaïte naquit dans les années 1260 et mourut au mont Paroria, près de la ville actuelle de Bourgas, en Bulgarie, le 27 novembre 1346. Moine, théologien, mystique, il fut le plus éminent des défenseurs médiévaux de l'hésychasme.
Après s'être fait moine à Chypre, Grégoire rejoignit l'une des communautés du Mont Sinaï. Il parcourut longuement la Terre sainte et pratiqua l'hésychasme, dans la ligne tracée par saint Jean Climaque et par saint Syméon le Nouveau Théologien. Il s'établit ensuite au Mont-Athos et y développa une forme modérée d'hésychasme qui fit de l'Athos l'une des sources de l'influence hésychaste. Devant les incessantes attaques des Turcs ottomans, il s'enfuit vers la mer Noire et, vers 1325, il fonda, au mont Paroria, un monastère dont l'influence rayonna sur les Balkans.
Sa doctrine hésychaste se trouve dans ses Cent trente-sept chapitres ou méditations spirituelles. Elle contribua à la diffusion de l'hésychasme en Europe comme dans le monde byzantin. Par la prière, l'hésychaste aspire à la plus haute forme de la communion avec Dieu, sous la forme d'une vision de la Divine Lumière, cette «Énergie Incréée», semblable à celle de la Transfiguration. Pour y parvenir, l'adepte doit passer par une phase d'intense concentration, tout en contrôlant sa respiration et en répétant sans cesse la Prière de Jésus. La justification théologique de la doctrine de saint Grégoire le Sinaïte fut établie par son contemporain, saint Grégoire Palamas.
Cinq œuvres de saint Grégoire sont parvenues jusqu'à nous :
  • Les 137 chapitres
  • 7 chapitres 
  • 10 chapitres
  • 15 chapitres
  • 7 chapitres
(résumé emprunté à livres-mystiques.com/partieTEXTES/Philocalie/table.html et orthodoxie.centerblog.net/1393787-Saint-Gregoire-le-Sinaite)

- page 1 de 2