Déjà...

A la date d'aujourd'hui, 27 juin, selon l'ancien calendrier, nous trouvons un office de louange à la Sainte Trinité, à l'occasion de la victoire de Pierre le Grand sur les Suédois, à Poltava en 1709. Cet événement a aussi l'occasion pour le grand écrivain Pouchkine d'écrire un poème, intitulé « Poltava ».
Nous ne célébrons jamais cet office, mais j'y ai jeté un coup d'œil par curiosité.
L'office est construit de façon très originale. En particulier le canon des matines. Il est constitué de deux canons, ce qui, pour l'instant, n'est pas très original. D'habitude, cependant, toutes les odes de chaque canon sont chantées (les hirmos, dans la pratique actuelle) dans un même ton.
Les canons de la fête sont composés de la façon suivante :
Ode 1 : ton 1 (premier canon), ton 1 (deuxième canon)
Ode 3 : ton 1, ton 4 (au lieu du ton 1)
Ode 4 : ton 6, ton 2
Ode 5 : ton 7, ton 6
Ode 6 : ton 5, ton 2
Ode 7 : ton 4, ton 5
Ode 8 : ton 1, ton 3
Ode 9 : ton 1, ton 8
On ne peut pas imaginer plus éclectique... mais c'est sans doute un bon exercice de style pour les séminaristes.

Les plus jeunes d'entre nous souriaient un peu devant le côté peut-être un peu politique de ce type d'offices.
Je pense que, pour nous tous, la guerre est une chose très abstraite, car personne d'entre nous n'a connu l'obligation de défendre son pays. Mais si l'on pense aux désastres que créaient ces guerres, à la joie que représentait la libération des ennemis, on comprend mieux le sens et l'importance de ces offices de louanges. Un autre office similaire est celui — jamais célébré car la fête tombe le jour de la Nativité du Seigneur — de la libération des « Gaulois » et des nations qui les accompagnaient : autrement l'invasion napoléonienne de 1812.