maxime le confesseurAutre est la lutte contre la pensée simple, crainte qu'elle n'émeuve la passion ; et contre la pensée passionnée, pour prévenir tout consentement. Mais dans les deux cas, même règle : ne pas laisser durer les pensées.
Maxime le Confesseur : Troisième centurie