Et dans du zinc on l'emballera,
On effacera les gouttes de sang des mains,
A l’autre bout, on ne le sait pas,
Là-bas, on l’attend toujours vivant,
Remplir l’adresse des destinataires,
Puis dans l’avion, et direction l’Union,
On les appelle les « Tulipes, »
Couleur noire, « chargement 200 »
Celui qui dans cette vallée ensoleillée,
Dans ce combat pour un col,
Qui sur son propre BMP
de son corps, faisait blindage,
Les montagnes semblent inoffensives,
Tout est calme, et dans le silence,
Soudain, un coup sourd se fige,
Avec un M16 dans le dos.
Ici on meurt dans les bras,
Ici dans les bras on les porte,
Couvrant la terre d’injure,
Peut-être bien qu’on va le sauver,
Je chante les années 1980, avec cette chanson,
Ici je les ai compris comme il le faut,
Ceux qui ont traversé toute la guerre.
Et comme il est effrayant de comprendre le bonheur,
De notre temps, dans ces montagnes,
Combien de vies cela peut coûter,
Sur les pierres, le sang s’est coagulé.
Et sur le gris monument,
Il y a, à nouveau, des fleurs fraiches,
A tout ceux, qui dans le lointain contingent,
Ont enterré dans le sable leurs vingt ans,
Quelque part il y a le soleil, des rires et des enfants,
Le ballon s’envole vers les cieux,
On dirait que sur la planète,
La vie est claire et merveilleuse.
Alors que, quelque part, quelqu’un,
Assume son dernier combat,
La où le soleil brûlant brille,
Là, où il y a encore la guerre.
Celui qui ne croit pas, n’a qu’à pas y croire,
Celui qui a été là-bas, celui-là, sait tout. »

traduction: Sarah P. Struve

source : http://stengazeta.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/12/23/andrei-tchernichev-20-ans-андрей-чернышев-двадчать-лет.html
Andreï Tchernichev
Autres chansons d'Andreï Tchernichev : http://avtomat2000.com/20_let.html

Пусть расстроена гитара


021


АНАВА


345-й ПОЛК


ПОМНЮ ТЕБЯ, БАГРАМ


ИНТЕРВЬЮ В РЕСТОРАНЕ


Я ПОЮ ИЗ АФГАНА


ПОД ШУМ И ВЗРЫВ ГРАНАТ


МОЖЕТ БЫТЬ


ЛУНА


Я ПОЮ ОБ АФГАНИСТАНЕ