монахCeux d'Antinoé
Abba Dioclès commença par étudier la grammaire et, plus tard, il s’adonna à la philosophie. Avec le temps, la grâce l’ayant attiré, il renonça au cycle des études et s’attacha au Christ lorsqu’il approcha de sa vingt-huitième année. Il était dans sa grotte depuis trente-cinq ans lorsqu’il nous dit : « L'intelligence qui s’est éloignée de la pensée de Dieu devient ou démon ou bête. » Et comme nous lui demandions avec curiosité ce qu’il avait voulu dire, il nous dit ceci : « L’intelligence qui s’est éloignée de la pensée de Dieu succombe nécessairement par concupiscence ou par colère. » Et il appelait bestiale la concupiscence, et démoniaque la colère. Comme je lui objectai : « Comment est-il possible qu’une intelligence humaine soit avec Dieu sans interruption ? » Il me dit : « En quelque pensée ou action pieuse et relative à Dieu que puisse être l’âme, elle est avec Dieu. » Près de lui demeurait un certain Capiton, ex-voleur. Il passa intégralement cinquante ans dans les grottes à quatre milles de la ville d’Antinoé et ne descendit jamais de sa grotte, pas même jusqu’au fleuve du Nil, disant qu’il ne pouvait pas encore se rencontrer avec les foules, parce que l’adversaire le tentait immédiatement.
évêque Pallade
: vies d'ascètes et de Pères du désert