Rose blancheUn nouveau livre de José M. Garcia Pelegrin sur le mouvement «La Rose blanche», traduit de l'espagnol par Jeanne Dumont. Éd. Francois-Xavier de Guibert. Parution : mai 2009.
J'en parle — sans avoir lu le livre — car l'un des étudiants fondateurs de ce mouvement de résistance au nazisme est Alexandre Schmorell : un martyr orthodoxe dont la canonisation est prévue de façon locale dans le diocèse d'Allemagne de l'Église russe hors frontières, Alexandre étant à cette époque paroissien de la cathédrale russe de Munich. (Voir le témoignage en russe publié ici il y a un an et demi, et le billet biographique sur Alexandre Schmorell.)

Le résumé de l'éditeur, qui insiste sur le côté spitrituel du combat de ces jeunes gens, rend ce livre d'autant plus intéressant à découvrir :
«L'histoire de six étudiants munichois exécutés, en 1943, après la défaite allemande devant Stalingrad, pour avoir été les instigateurs d'un mouvement de résistance, la Rose blanche. Pour l'auteur, journaliste et critique de cinéma, le combat de ces jeunes gens était d'abord spirituel.»