Un nouveau livre sur sainte Élisabeth, qui semble susciter un engouement étonnant non seulement en Russie, mais aussi en France (voir la réclame récente pour le livre de J. Besse).

cv Elisabeth-de-Russie2 diffusion
« La grande-duchesse Élisabeth Feodorovna Romanova était la sœur aînée de l’impératrice martyre Alexandra, épouse de Nicolas II. Après le meurtre du grand-duc Serge Alexandrovitch, gouverneur général de Moscou, son mari, elle se retira du monde pour se consacrer à Dieu et à son prochain. De son vivant déjà, la grande-duchesse était considérée comme sainte. Luthérienne de naissance, après plusieurs années en Russie, elle éprouva un grand amour pour l’orthodoxie dont la véritable profondeur ne manqua pas de la frapper. Elle ne se contenta pas de se convertir, elle témoigna de sa foi jusqu’au martyre. Elle est aujourd’hui glorifiée au rang de sainte par l’Église orthodoxe ». (Extrait de la préface rédigée par l’Archiprêtre Dimitri Smirnov, recteur de l’église Saint- Mitrophane-de-Voronège (Moscou), aumônier principal de la Fraternité Sainte-Élisabeth.)

Le destin de sainte Élisabeth, princesse allemande entrée par mariage dans la famille des Romanov, est en effet exceptionnel. Après l’assassinat de son époux, le grand-duc Serge Alexandrovitch Romanov, frère du tsar Alexandre III, elle se consacra à Dieu et aux démunis. En 1909, elle fonda la Demeure de miséricorde Marthe-et-Marie, une communauté d’entraide. Et en 1918, elle fut elle aussi assassinée, par les bolcheviks.
Cet ouvrage présente un choix de lettres de la grande-duchesse à son neveu et beau-frère le tsar Nicolas II, divers témoignages de ses contemporains et les statuts de la Demeure de miséricorde. L’introduction retrace l’itinéraire de cette femme d’exception encore trop peu connue de la chrétienté occidentale. Ce livre comporte aussi un index des noms propres, des arbres généalogiques ainsi que de nombreuses photos.
(Voir aussi la recension de J.-C. Larchet sur orthodoxie.com)