L'hebdomadaire catholique de Toulouse La Croix du Midi, dans son numéro du 6 — 11 mai 1999 a publié un dossier sur l'Institut Catholique de Toulouse. Y figure une courte interview de deux étudiants, celle d'un frère carme, Bruno, et celle de Dimitri Siniakov (aujourdhui hiéromoine Alexandre Siniakov, recteur du séminaire russe de Paris. Voir billet : «notre séminaire russe de Paris»), l'article étant intitulé «Les étudiants séduits par l'ouverture d'esprit de leurs profs» et illustré de la photo du carme et de Dimitri.

Extrait:

Dimitri Siniakov, 17 ans, novice orthodoxe.
« Je suis venu en France pour connaître le catholicisme et être capable d'œuvrer pour le dialogue oecuménique. Au départ, je craignais un peu les catholiques que l'on nous présente en Russie comme des papistes idolâtres, représentants de l'Occident décadent. J'avais donc décidé de ne pas communier avec eux. Mais, au contact des professeurs de la faculté de théologie, j'ai complètement changé d'avis. Ils sont beaucoup plus ouverts que les enseignants des séminaires orthodoxes qui sont eux très traditionalistes.
Je sais par exemple que de jeunes français catholiques qui veulent faire la même chose que moi en Russie n'ont pas été acceptés dans les séminaires. Ou alors il fallait qu'ils se déclarent orthodoxes. Moi, finalement, je communie avec les catholiques tout en conservant mes convictions orthodoxes. »
Dimitri confie qu'il aimerait être appelé un jour au sacerdoce. Mais il reconnaît en souriant que ce qu'il a appris à Toulouse le rend un peu subversif.