soldats russes en France 1916Un chant
sur une tombe


Ils étaient tous venus de la sainte Russie...
— Plusieurs braves d'entre eux n'y retourneront pas.
Plusieurs demeurent bien loin de leurs isbas,
Avec un front crispé que la mort émacie.
Dans quelques tombeaux froids, silencieux et bas...
Ils étaient tous venus de la sainte Russie...

Les porteurs fatigués, poussiéreux, ruisselants,
S'essuyaient le visage avec des gestes lents,
Car au fond du trou noir la bière était posée,
Ils s'appuyaient au mur, accablés par l'effort :
Un parfum s'exhalait d'une fleur écrasée...
Et la terre tombait, lourdement, sur le mort.

Ce mort qui dormira sous des fleurs de pensées,
Ce mort nous apporte de ses steppes glacées
Une âme nostalgique et un espoir vainqueur ;
Et la terre de France aux mains douces et belles
À ce soleil d'avril lui fermait les prunelles...
Et la terre tombait maintenant sur son cœur...

Printanière, sans doute, et amie, légère,
Elle était cependant une terre étrangère,
Et qui ne saurait pas lui porter un vrai deuil ;
Aussi les compagnons en étaient-ils plus tristes,
Et des pleurs embrumaient leurs yeux bleus d'améthyste,
Et la terre tombait toujours sur le cercueil.

Mais pour l'envelopper d'un peu de sa patrie,
Ils laissèrent monter de leur âme meurtrie
Un chant — comme un suaire... un peu morne, et très long... —
Un chant étrange et lent, doux comme une prière,
Évoquant des frimas dans ce jour clair et blond...
Et la terre tombait tristement sur la bière.

Au mort, ce rythme était un bout du sol natal,
Arraché tout à coup au monde oriental ; —
Et, plus que le drapeau, que la terre et les larmes,
L'hymne de ces soldats fut un adieu touchant...
leurs voix sourdes faisaient comme un linceul de chant,
Quand la terre tombait sur leur compagnon d'armes.
Marie-Paule SALONNE
27 avril 1917

cimetiere-Mourmelon
Cimetière russe de Saint-Hilaire-le-Grand (Mourmelon) en Champagne
Source photos : 1, 2.
  • Je découvre avec un peu de retard que la Russie et la France ont récemment décidé d'édifier à Paris (place du Canada) un monument à la mémoire des soldats russes du Corps expéditionnaire qui reposent au cimetière russe de Saint-Hilaire-le-Grand (Mourmelon) en Champagne. 
  • Je découvre aussi qu'un monument vient d'être inauguré au Fort de la Pompelle où se sont illustrés en 1916 les soldats du Corps expéditionnaire. Interview de Marc Bouxin, directeur du Musée du Fort de la Pompelle, ci-dessous (source : french.ruvr.ru/radio_broadcast/5646129/19257781).