monument aux morts
Le monument aux morts consacré aux soldats et officiers du corps expéditionnaire russe envoyés en France par Nicolas II en 1916 a été inauguré hier par Poutine et Fillon à Paris, cours la Reine, près du Grand Palais.
Cette initiative francorusse a été prise en nov. 2009, et c'est le sculpteur russe Vladimir Surovtsev qui a été choisi parmi plusieurs sculpteurs français et russes. Le financement des travaux de mise en place a été pris en charge par la France, la réalisation et le transport du monument — par la Russie.
Le sculpteur n'a pas voulu représenter en plein centre de Paris un soldat au combat : «C'est un jeune officier avec la croix de Saint-André sur la poitrine auprès de son cheval. Il vient juste d'arriver en France, il regarde au loin, se remémore sa maison, ses proches. C'est la pause avant le combat.» (source)

Les soldats russes du Corps expéditionnaire tombés au champ d'honneur sont enterrés au cimetière russe de Saint-Hilaire (Mourmelon) en Champagne, où une chapelle commémorative a été construite au début du XXe s. ainsi qu'un petit ermitage orthodoxe : le skite de Tous-les-Saints-Russes.
Le monument parisien est donc une initiative plus «politique» : elle évitera sans doute aux personnalités de faire le voyage vers la Champagne pouilleuse pour commémorer ces héros qui ont dû quitter la Russie pour défendre la France contre les Allemands lors de la Ie Guerre mondiale.

Inauguration du monument aux soldat du corps expéditionnaire russe à Paris