KindleJe parlais récemment de l'intérêt du livre électronique par rapport au livre traditionnel.
Voici quelques explications.

Depuis quelques mois, j'utilise deux «appareils» qui permettent de lire des livres (des revues, etc.) électroniques. Ces appareils permettent de constituer une bibliothèque de 1 500 titres (ou plus) dans un appareil du format et du poids d'un livre de poche.
1) les tablettes du type iPad (Apple) ou d'autres marques fonctionnant sous android sont des appareils où l'on peut lire des ouvrages, mais où l'on peut faire mille autres choses comme le permettent les ordinateurs — ce ne sont donc pas exclusivement des «liseuses» (e-Reader en anglais).
2) les liseuses sont, elles, exclusivement réservées à la lecture. C'est de l'encre qui est utilisée, et l'on a donc l'impression qu'il s'agit de papier : on peut lire normalement au soleil et il faut allumer une lampe pour lire dans l'obscurité !

Le site protegez-vous.ca recense les principales liseuses disponibles actuellement : Kindle d'Amazon (USA), Kobo (Canada) de la Fnac, Cybook d'Odyssey (un produit français), Pocketbook et Sony Reader. Personnellement, je dispose d'un kindle (parce que c'est le moins cher).
Techniquement, il existe plusieurs formats (epub, mobi, fb2 — format russe), dont le PDF — le moins pratique —, et chaque liseuse a son format (parfois plusieurs formats — comme le Cybook). On peut télécharger très aisément des livres sur les sites respectifs : Amazon pour le Kindle, Fnac pour le Kobo, BookeenStore pour le Cybook, etc. Mais on peut aussi acheter des livres directement chez les éditeurs ou les libraires qui ont des boutiques en ligne — telle La Procure (et d'autres proposant des prix défiant parfois toute concurrence, comme publie.net, feedbooks.com, epagine.fr, librairie.immateriel.fr, ruedeslibraires.com, bragelonne.fr, etc.).
Le format a peu d'importance en réalité, car le programme gratuit CALIBRE permet de réaliser toutes les conversions possibles.

Il existe aussi de nombreux livres passés dans le domaine public et, donc, téléchargeables gratuitement, mais il faut surveiller les éditions, car certains livres classiques ont été scannés à la va-vite (par Amazon en particulier), et le nombre de coquilles est insupportable. Les livres scannés par les petits éditeurs-libraires (comme publie.net sont très soignés, en revanche).

La littérature religieuse orthodoxe est encore très pauvre en livres électroniques français, et on aimerait que l'Âge d'Homme, dont on parlait dans un précédent billet, franchisse le pas et propose parallèllement ses livres au format électronique (facile à réaliser lorsqu'on dispose d'un texte déjà prêt).
En russe, la liitérature est déjà riche et pratiquement gratuite, et j'ai téléchargé sur le kindle le B.A.-BA de la littérature spirituelle monastique (1- Les Récits d'un pèlerin [russe], 2- Abba Dorothée, 3- "L'Echelle Sainte" de s. Jean Climaque, 4- "Guerre Invisible" de s. Nicodème, 5- les œuvres complètes du saint évêque Ignace Briantchaninov).

Les tablettes (9,7 pouces) d'Apple permettent aussi de télécharger de nombreux ouvrages avec un plus par rapport aux liseuses en noir et blanc : grâce à la connexion internet, il est possible de créer des livres «nouveaux» où images, son et vidéos peuvent être combinés au texte. Il en est de même pour les tablettes d'autres fabricants tournant sous android.
archos-70-internet-tablet-8goComme indiqué en introduction, je dispose d'une tablette Archos 7 pouces : nettement plus lourde qu'une liseuse et donc peu pratique à tenir, elle est en revanche très adaptée à la lecture de notre édition du livre de prières en russe (en deux couleurs : noir et rouge) que j'ai installé sur cette tablette.