« ... prenant en compte la difficulté croissante de nos circonstances, mais avant tout en signe de résistance à la volonté liberticide de Mgr Job Getcha, à sa conception de l’épiscopat comme autocratie, à son dédain des lois de la République française et de l’Union européenne, nous, membres du Conseil des enseignants après avoir prié, échangé et concordé dans la même inspiration, avons décidé, à une écrasante majorité, avec l’approbation unanime du Conseil d’administration, de suspendre l’enseignement régulier sur place de l’Institut, tout au long de l’année académique 2015-2016. »


Dans un article publié sur le site de l'Institut orthodoxe de théologie Saint-Serge, on découvre une étonnante « DECLARATION DE L'INSTITUT SAINT-SERGE (16 juin 2015) », signée par... personne (L’Institut Saint-Serge, A Paris, le 16 juin 2015). Je ne me mêle pas habituellement de ces affaires-là, mais comme je reçois le texte de cette déclaration dans un courrier qui m'est adressé par l'ITO, — pas possible de rester neutre.
Je comprends bien que le personnel de l'institut désire prendre une année de vacances (ou plus ?), mais ce n'est tout de même pas une raison pour accabler de façon si insultante l'Archevêque dont dépend ledit institut. Car a-t-on déjà vu une institution religieuse qui ne soit pas sous l'omophore d'un évêque — garant de son orthodoxie ? Les lois de la République française et de l’Union européenne sont-elles supérieures à celles de l'Église ? Alors les « membres de l'Institut » ;) vont-ils enseigner un nouveau sacrement du mariage pour l'adapter aux lois de la République française et de l’Union européenne ?

Finalement, il sera profitable de prendre un peu de vacances — pour prier, pour méditer sur l'humilité et la raison d'être d'un établissement d'enseignement chrétien.