Lestvitsa

Je demandais un jour à l’un des plus vertueux pères du monastère, comment il se faisait que l’obéissance fût la compagne fidèle et inséparable de l’humilité. Voici la réponse qu’il me fit : «Celui, me dit-il, qui pratique l’obéissance, n’est pas seulement obéissant, il est encore plein de reconnaissance. Ainsi, quand même il ressusciterait les morts, qu’il posséderait le don des larmes, et qu’il jouirait de la paix souveraine du cœur, il pensera toujours que tous ces avantages, il ne les a que par le moyen de son supérieur, qu’il n’en jouit que par la vertu de ses prières. C’est pourquoi il sera exempt de tout sentiment de présomption et de vaine gloire. Eh ! comment pourrait-il s’en enorgueillir, en croyant que ce n’est pas par ses mérites ni par ses vertus qu’il a toutes ces choses, mais par le secours de son supérieur ? C’est ce qui fait que l’hésychaste est en quelque sorte incapable d’avoir en partage cette humilité intérieure au milieu des choses dont nous venons de parler; car il peut plus facilement croire que c’est par ses propres forces et son industrie qu’il vient à bout de faire les bonnes œuvres qu’il pratique.»

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte
(«De la bienheureuse et toujours louable obéissance»  О блаженном и приснопамятном послушании.)