Lestvitsa

Ceux qui sont des hommes consommés dans les sciences connaissent très bien les choses convenables d'abord à ceux qui commencent leurs études; celles qui conviennent à ceux qui ont fait quelques progrès; enfin celles qui sont propres à ceux qui sont devenus capables de donner des leçons aux autres. Prenons bien garde qu'après avoir longtemps étudié, on ne nous trouve toujours qu'aux premiers éléments de la science spirituelle et religieuse. N'est-il pas honteux pour un vieillard de ne se voir qu'aux écoles de l'enfance. Or voici le véritable alphabet de ceux qui veulent apprendre la science religieuse :
A. l'obéissance; B. le jeûne; C. le cilice; D. la cendre; E. les larmes; F. la confession; G. le silence; H. l'humilité; I. les veilles; K. la générosité; L. le froid; M. le travail; N. les afflictions; O. les mépris; P. la contrition; Q. l'oubli des injures; R. la charité fraternelle. S. la douceur; T. la foi sainte et exempte de curiosité; V. l'indifférence pour le monde; X. une sainte aversion pour les parents; Y. un détachement parfait de toute chose; Z. une grande simplicité unie à une grande innocence, et une abjection volontaire.

Quant à ceux qui ont déjà fait quelques progrès dans la science religieuse, leur étude et leur application particulières doivent être de s'efforcer de remporter une victoire complète sur la vaine gloire et sur la colère, de nourrir et d'augmenter en eux l'espérance des biens à venir, de rendre plus parfaite la paix de leur âme et plus grande, la circonspection de leur esprit, de graver de plus en plus dans leur mémoire le souvenir et la pensée des jugements de Dieu, de perfectionner leurs sentiments de tendresse et de commisération pour leurs frères, d'exercer envers eux les devoirs de l'hospitalité avec affection et prudence, d'être plus doux et plus modérés dans les corrections, plus fervents et plus recueillis dans la prière, enfin, de mépriser entièrement les richesses.

Pour ce qui regarde les parfaits qui, par une piété fervente, ont consacré à Dieu toutes les pensées de leur esprit, tous les sentiments de leur cœur et toutes les actions de leur corps, voici l'alphabet qui leur convient. Ils doivent :
A. conserver leur cœur libre de toute passion; B. nourrir dans eux une charité parfaite; C. pratiquer une humilité profonde; D. avoir un éloignement absolu de toutes les vanités du siècle; E. être dévorés d'un zèle ardent pour conserver la Présence de Jésus-Christ; F. user d'un soin tout particulier pour défendre le trésor de leurs prières et des lumières qu'ils ont reçues, des embûches et des pièges des démons qui veulent le leur enlever; G. s'enrichir de plus en plus des dons et des illuminations célestes; H. désirer ardemment la fin de leur vie; I. n'avoir que de l'aversion pour la vie présente; K. éviter tout ce qui peut flatter la chair; L. mériter de devenir auprès de Dieu des avocats et des intercesseurs pour tout le monde; M. faire en sorte d'engager Dieu à faire miséricorde aux hommes; N. participer au ministère des anges; O. devenir des trésors de science; P. se rendre dignes d'être les interprètes des vérités surnaturelles et des mystères; Q. mériter d'être les dépositaires des secrets du ciel; R. sauver les hommes; S. soumettre les démons; T. triompher des passions et des vices; V. vaincre la chair; X. gouverner la nature entière; Y. faire une guerre à toute outrance au péché; Z. être des temples vivants de la paix souveraine du cœur, et par la grâce des imitateurs parfaits de notre Seigneur Jésus-Christ. 

saint Jean Climaque : L'Échelle sainte

«Du Discernement dans les pensées, les vices et les vertus.» (О рассуждении помыслов и страстей, и добродетелей/ XXVI)