moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Tag - Kiev-Sumy-Kursk

Fil des billets - Fil des commentaires

samedi 21 mai 2011

protodiacre Vladimir Lialka

Proto Vladimir Kiev 2999 Sumy
Le protodiacre Vladimir Lialka de Soumy (Ukraine) est décédé dans un accident aujourd'hui.
Il y a des gens qui marquent plus particulièrement, même si le temps manque pour approfondir les relations. Nous avions fait sa connaissance lors de notre voyage en Ukraine-Russie, il y a juste un an.
Le Père protodiacre avait une voix tonnante. Je me souviens que le jour de notre arrivée à la cathédrale de Soumy, un monde fou nous attendait, et lorsque l'office des Vigiles a débuté, il y avait un bruit inhabituel dans l'église. Malgré cela, la voix du protodiacre agacé par ce chahut couvrait le bruit.
L'évêque actuel de Soumy, Mgr Euloge, disait alors en plaisantant qu'il avait survécu à tous les évêques nommés dans ce diocèse...
Que le Seigneur se souvienne de lui dans Son Royaume !

vendredi 23 juillet 2010

séparation

Kursk otjezd P1140355 J'aurais aimé poursuivre les impressions de voyage à Kiev, Soumy et Kursk, mais je me rends compte que cela prendrait trop de temps. Je terminerai donc par le dernier jour — à l'aéroport de Koursk. L'archevêque Germain de Koursk bénit le peuple depuis la passerelle avant de remettre l'cône miraculeuse de Koursk au métropolite Hilarion. La photo ci-dessous (cliquer pour agrandir) a bien saisi la tristesse du clergé de Koursk qui se sépare de «son» icône. Mais on leur a promis de revenir l'année prochaine, et les années suivantes...

Il se trouve qu'aujourd'hui l'icône s'est rendue de New York à Paris pour donner la possibilité à 80 jeunes pèlerins orthodoxes du monde entier de la vénérer. Mais il n'y avait pas un seul représentant de l'Église hors frontières, à l'exception de l'évêque d'un autre diocèse mandaté spécialement en France. Et je me dis, en comparant notre piètre piété à celle des milliers de fidèles russes qui attendaient des heures pour pouvoir vénérer l'icône à Kiev, à Soumy et à Koursk, que nous sommes sans doute bien indignes d'être «en possession» de cette sainte icône.
Kursk otjezd 0037

lundi 21 juin 2010

souvenirs : Tchernigov II

Carnet de voyage.
Le monastère d'Elets à Tchernigov mérite qu'on s'y arrête plus particulièrement. Il a été fondé au XIe s. à l'endroit où a été découverte l'icône de la Mère de Dieu d'Elets (ainsi nommée, elle fut découverte sur un sapin [El' en russe])car  Au début du XVIIe s., il passa sous la coupe des uniates, pour redevenir orthodoxe en 1649. À  partir de 1688, c'est le futur saint Théodose, archevêque de Tchernigov, qui devient l'abbé de ce monastère (voir billet précédent). Fermé pendant la période soviétique, le monastère a été réouvert  en 1992. Et en 1999, l'icône d'Elets a été rendue au monastère par le musée où elle se trouvait.
Aujourd'hui, c'est un couvent de 50 moniales dirigées par l'higouménia Nektaria. Matouchka nous parle un peu de son monastère, de saint Laurent dont la canne a été conservée et qu'elle utilise pour chasser les démons. Des vaches se promènent librement dans le monastère : les moniales ont donc leur lait, crème fraîche, etc.

Monastère d'Eletz (Tchernigov)

Lire la suite...

dimanche 20 juin 2010

souvenirs : Tchernigov I

Carnet de voyage.
Nous avons profité d'une journée libre pour accompagner notre évêque à Tchernigov. La ville de Tchernigov se trouve à 140 km au nord de Kiev, sur la rive droite de la Desna.
Mais 140 km sur les routes ukrainiennes...
À l'entrée de la ville, c'est une église qui nous accueille.
2643 Cernigov©

Lire la suite...

vendredi 18 juin 2010

souvenirs : Kiev - chez saint Théophile

Carnet de voyage.


Velitchanie à saint Théophile, chanté par la chorale de moines du monastère Kitaevskaja pustyn' de Kiev.

Saint Théophile est un moine Fol-en-Christ du XIXe s. — un de mes saints préférés : certains diront que c'est parce qu'il était toujours «en conflit» avec son évêque le saint métropolite Philarète de Kiev (Amphithéatrov). Sa Vie a été traduite en français, et figure depuis longtemps en réclame sur ce blog.
En compagnie d'un de nos évêques, nous sommes allés le visiter au monastère de la Sainte-Trinité de Kitaevo — «l'Athos ukrainien», à la périphérie de Kiev (site internet).
J'avais déjà eu la chance de vénérer les reliques de saint Théophile, il y a cinq ans, mais tout a bien changé depuis. Hier, en pénétrant dans l'enceinte, on découvrait une vieille tombe de saint Théophile et celle en marbre noir de l'archimandrite Théophile (Rossokha †1996), auprès desquelles on pouvait toujours trouver des pèlerins. Aujourd'hui, la tombe de saint Théophile a disparu et a été remplacée par une plaque, celle de l'archimandrite a été remplacée par une tombe blanche.
2770 Kiev Kitai-p©2010

Lire la suite...

mardi 15 juin 2010

souvenirs : Kiev - les églises de la Laure des Grottes III

Carnet de voyage.
Les Grottes lointaines contiennent des reliques précieuses : les crânes de saints qui suintent la myrrhe.
À l'occasion du départ de l'un de nos évêques et grâce à la gentillesse du moine responsable, nous avons pu nous rendre, tard le soir, dans ces grottes, pour vénérer les reliques de cinquante saints moines (voir liste en russe dans la suite du billet).
Le moine nous a ensuite ouvert la grotte contenant les crânes, et notre évêque nous a oint de l'huile provenant de l'un des crânes. Cette huile ne répandait pas le parfum caractéristique de la myrrhe.
2887 Kiev Lavra©

Lire la suite...

dimanche 13 juin 2010

souvenirs : Kiev - les églises de la Laure des Grottes II

Carnet de voyage.

Les Grottes (autour de 1028, saint Antoine, puis saint Théodose s'établirent dans une première grotte à Kiev, puis, quand la communauté s'éleva à une quinzaine de moines, saint Antoine retrouva la solitude dans une autre grotte, appelée «Grottes proches», tandis que le lieu où saint Théodose aimait se retirer est nommée «Grottes lointaines». Les corps incorrompus des nombreux saints ascètes qui s'y sont succédés y sont vénérés.)  comprennent six églises troglodytiques : trois dans les proches (dont celle de Saint-Antoine), trois dans les lointaines (dont celle de Saint-Théodose). Nous avons assisté à une liturgie très émouvante dans l'une de ces très petites églises des Grottes proches.

2563 Kiev Lavra©
Église de l'Exaltation-de-la-Croix
L'église de l'Exaltation-de-la-Croix près des «Grottes proches» où notre évêque a célébré seul une liturgie pontificale.
Quelques jours plus tard, nous avons assisté à la célébration des matines du samedi des Défunts avec la lecture chantée en deux parties du psaume 108 par deux chorales de moines :


Début de la première partie.


Début de la deuxième partie.

samedi 12 juin 2010

souvenirs : Kiev - les églises de la Laure des Grottes I

Carnet de voyage.
Les offices religieux de la Laure des Grottes de Kiev sont très différents selon l'église où ils sont célébrés et cela indépendamment du statut : «musée», métropole ou monastère.
2850 Kiev Lavra©
Cathédrale de la Dormition
La cathédrale de la Dormition étant fermée pour restauration, nous avons assisté à une liturgie chantée par quelques moines dans une chapelle latérale : peu de monde, dans l'esprit de ce que nous chantons.

Трапезный Храм, Киево-Печерская Лавра
Cathédrale-réfectoire (source photo)
La cathédrale-réfectoire (ancien réfectoire de saints Antoine et Théodose) est «prestigieuse». La coupole est particulièrement impressionnante, mais l'accoustique est malheureusement très mauvaise, bien que (ou peut-être parce que) amplifiée par des haut-parleurs. Nous avons assisté aux vigiles dominicales célébrées par le métropolite Vladimir : deux chorales chantaient en alternance — la chorale mixte métropolitaine et une puissante chorale d'hommes.
Nous y avons également assisté à la lecture de l'hymne acathiste de la Dormition, qui a lieu tous les mercredis à 7 h, et est suivie de la liturgie. L'hymne est chantée en alternance par deux chorales d'hommes. Vraiment impressionnant et typique de la tradition monastique de Kiev. Extrait du début de l'acathiste :

jeudi 10 juin 2010

souvenirs : Kiev II

Carnet de voyage.
Les agapes, le repas, sont un moment important de notre vie.
Comme membres de la délégation, et bien que simples moinillons, lors du voyage en compagnie de l'Icône, nous avons eu assez souvent l'honneur de participer aux repas «officiels», présidés par les évêques. Une particularité de ces repas assez somptueux est qu'il est de coutume d'y prononcer des toasts (à la vodka, au cognac ou au vin) à tour de rôle et selon une certaine hiérarchie. En Russie, on chante alors «mnogaya leta» (ad multos annos), en Ukraine en alternance avec «mnogaya lita». Il existe plusieurs mélodies ukrainiennes, j'ai pu enregistrer celle-ci (chantée à Soumy) :

Parfois, comme chez le métropolite Vladimir, le repas se termine par des chants ukrainiens entonnés par le métropolite lui-même, et repris en chœur :

2635 Kiev Lavra-u-a-Pavla©
Il arrivait aussi, comme sur la photo ci-dessus (dans la cuisine de la résidence de l'archevêque Pavel), que l'on mange de façon plus décontractée avec le personnel civil.
De gauche à droite : Roman, Sviatoslav et notre novice Ioann.

mercredi 9 juin 2010

fin de la visite en Russie de l'icône de Koursk

Hier l'icône de la Vierge de Koursk quittait la Russie. De Koursk, où elle avait passé deux semaines, elle s'est arrêtée à Moscou avant de se diriger vers l'Allemagne.
À Moscou elle a été accueillie hier à l'église du Christ-Sauveur par le patriarche, une quinzaine d'évêques et de nombreux membres du clergé (300 prêtres).
Elle est maintenant à Munich, se rendra en Autriche ce dimanche, puis en Grande-Bretagne, avant de regagner les États-Unis.

Je continue cependant mon «récit de voyage» passé avec l'Icône — du 8 au 28 mai derniers.

fin de la visite de l'icone de Koursk en Russie


L'icône était accueillie hier à l'église du Christ-Sauveur par le patriarche (durée : 5 mn)

lundi 7 juin 2010

souvenirs : Kiev - la Laure des Grottes I

2754 Kiev Lavra©
Carnet de voyage.
Il aurait sans doute fallu commencer par la Laure des Grottes de Kiev. C'est en effet dans ce monastère — le premier monastère russe, fondé par saint Antoine — que nous vivions lors de notre séjour à Kiev. La laure est divisée en trois «juridictions» : la partie «musée» appartenant toujours à l'État (l'Église paie 1 000 dollars pour chaque office célébré dans les cathédrales de cette partie), la Métropole — hébergeant l'administration de l'Église d'Ukraine et le métropolite Vladimir, et, enfin, le Séminaire et l'Académie.
Nous logions dans l'hôtel de la métropole, appelé Bishop's Hotel. Le premier jour, l'archiprêtre Valerij (à droite sur la photo), responsable de l'organisation me dit : «Pardonnez-moi ! Je voulais vous donner des chambres à une personne, mais votre archevêque m'a dit : “Nous sommes des moines, nous pouvons vivre à plusieurs”.» (Cependant, dans notre monastère, chacun a sa cellule.) Nous nous sommes donc installés dans une chambre à quatre lits. Puis nous sommes descendus aider notre archevêque à déballer ses valises : nous avons alors découvert une chambre équipée de cuisine, douche, etc. Le moinillon s'adressa alors à son évêque : «Avec le Père Valerij, ici présent, nous avons décidé que, comme nous sommes des moines, je partagerai votre chambre. Enfin, je vous préviens — je ronfle la nuit.» Le pauvre Père Valerij a rougi, verdi, bleui...
Mais, finalement, nous avons bien survécu à la promiscuité à quatre.

Lire la suite...

dimanche 6 juin 2010

souvenirs : Kiev - monastère Pokrovskij

2615 Kiev Pokrovski-m©

Carnet de voyage.
Dernière étape d'une journée chargée en visites (monastères Saint-Jonas, de la Présentation, église Saint-Élie, monastère Florovskij), le couvent de moniales de l'Intercession de la Mère de Dieu est d'un accès peu aisé, bien que situé dans le centre de Kiev. Il a été fondé à la fin du XIXe s. par Alexandra Petrovna, la fille d'un prince allemand (d'Oldenburg) qui avait épousé le grand duc Nicolas, frère du tsar Alexandre II. Elle prit elle-même la tonsure avec le nom d'Anastasie dans ce couvent après avoir été abandonnée par un mari bien peu vertueux, et a été canonisée l'année dernière par l'Église d'Ukraine (localement).  Comme la sainte grande duchesse Élisabeth, elle consacra beaucoup de temps aux malades et aux démunis.
Le couvent fut fermé par les communistes en 1925, réouvert en 1942 jusqu'à nos jours, mais pendant cette période, les sœurs furent fortement persécutées. Les moniales sont aujourd'hui au nombre de 250, une cinquantaine effectuant ses obédiences à la métropole (préparation des repas, etc.).

2616 Kiev Pokrovski-m©
(reliques de sainte Anastasie, fondatrice du couvent)

samedi 5 juin 2010

souvenirs : Kiev - monastère Florovskij

2611 Kiev Florovski-m©
Carnet de voyage.
Le couvent de moniales Florovskij est consacré aux saints Flore et Laure. C'est le couvent de moniales le plus ancien de Kiev (XVIe siècle). Les sœurs portent une coiffure particulière. Le couvent fut fermé en 1929 et réouvert en 1941 lors de l'occupation allemande pour ne plus fermer.
200 moniales consacrent leur vie à Dieu dans ce monastère idiorythmique.
Voir vidéos, dans la suite du billet, où une moniale présente le couvent (on voit bien les différents édifices).
2607 Kiev Florovski-m©

Lire la suite...

vendredi 4 juin 2010

souvenirs : Kiev - église Saint-Élie

2600 Kiev Ilia-xram©
Carnet de voyage.
L'église du Prophète-Élie est la première église construite à Kiev. On suppose c'est ici que les premiers Kiéviens reçurent le baptême (baptême de la Russie en 988 à Kiev).
Dans les années 1930 elle fut transformée en dépôt de blé, puis réouverte pendant la IIe Guerre sans interruption jusqu'à nos jours.
Le clergé affirme que, chaque année, 50 mille personnes — enfants et adultes — sont baptisés dans cette église qui comprend plusieurs baptistères permettant l'immersion des adultes (cf. photo).

jeudi 3 juin 2010

souvenirs : Kiev monastère de la Présentation

2599 Kiev Vvedenski-m©
2810 Kiev Vvedenski-m©
Carnet de voyage.
Le monastère de la Présentation (Vvedenskij) est situé en plein centre de Kiev. Nous avons eu l'occasion de le visiter deux fois. Nous étions libres un jour sur deux — ce qui nous permit de nous joindre aux «excursions» organisées pour nos évêques.
Ce monastère, rendu à l'Église en 1992, n'a qu'une quinzaine de moines, par manque de place, car tous les bâtiments n'ont pas été rendus à leur propriétaire. L'église du monastère est en forme de rotonde et contient une icône miraculeuse (2e photo). Cette icône (Prizri na smirénié) encadrée et protégée par du verre semblait avoir fortement terni, et l'higoumène Damien décida en 1993 de la faire restaurer. En ouvrant l'encadrement, on découvrit que l'icône avait gardé ses couleurs, mais le verre — qui n'était pas en contact avec l'icône — portait une empreinte argentée correspondant précisément à la silhouette de la Vierge et l'Enfant. Cette empreinte miraculeuse a été placée à gauche de l'icône originale (ce n'est pas bien visible sur la photo ci-dessus, mais cette photo montre bien l'empreinte).

Lire la suite...

mercredi 2 juin 2010

souvenirs : Kiev monastère Saint-Jonas

2593 Kiev Iona-m
Carnet de voyage.
Le monastère de la Sainte-Trinité et Saint-Jonas se trouve au sommet du jardin botanique de Kiev (voir photo dans la suite du billet). Une vingtaine de moines y vivent. Comme la plupart des monastères de l'ancien espace soviétique, il rentre petit à petit en possession de ses biens, ce qui n'est pas simple. Pour l'instant, il n'a pas de clôture ce qui n'est pas idéal pour un monastère situé dans un parc public. 
Saint Jonas s'y installa en 1860, sept ans après que le bienheureux Théophile (dont on parlera dans un autre billet) eut prophétisé la fondation en cet endroit d'un «grand et saint monastère». Les reliques de saint Jonas se trouvent dans l'église du monastère (voir photo dans la suite du billet).
L'higoumène Ignace, qui nous fit visiter le monastère, précisa que l'horloge montée sur le clocher était de fabrication française et datait du XIXe siècle. Elle marche remarquablement et son mécanisme volumineux occupe plusieurs mètres de hauteur (ou plutôt de «basseur»). Pour ne pas quitter le registre cocorico,  nous avons appris qu'un président français avait visité ce monastère et avait admiré la beauté du lieu et de la nature. Il faut dire que la place accordée aux forêts et espaces verts à Kiev est impressionnante.
(site du monastère : www.iona.kiev.ua. J'y ai souvent emprunté des enregistrements dans la meilleure tradition monastique orthodoxe russe)

Lire la suite...

lundi 31 mai 2010

souvenirs : Kiev I

Курская икона в Киеве
Notre voyage auprès de l'icône miraculeuse de la Vierge de Koursk, que ce soit à Kiev, à Soumy ou à Koursk, fut enrichissant, émouvant et utile. Comme je l'écrivais à des amis, la piété du peuple attendant des heures, parfois sous la pluie, pour vénérer la sainte icône quelques secondes est impressionnante. Une bonne leçon pour nous Occidentaux qui ne sommes certainement pas prêts à un tel exploit ! Mais la Sainte Mère de Dieu accorde sans doute plus volontiers ses grâces à ce peuple fervent qu'au nôtre. Partout, la file des fidèles était ininterrompue : à Kiev, l'église fermait à 22 h, mais ailleurs la foule était telle que nous restions, à tour de rôle, jour et nuit auprès de l'icône.
La photo ci-dessus montre la sainte icône dans la petite église de Tous-les-Saints de Kiev. Celle-ci se trouve près du terrain où est prévue la construction de la nouvelle cathédrale de l'Église orthodoxe d'Ukraine (patriarcat de Moscou), plusieurs cathédrales ayant été réquisitionnées par deux «Églises» schismatiques. L'orthodoxie est particulièrement déchirée en Ukraine depuis l'indépendante de 1990. Nulle part ailleurs — même à Koursk, patrie de l'icône — l'icône n'a été si bien fleurie.

Lire la suite...

dimanche 30 mai 2010

de retour

Gramota Ukraine2010 K
Les gramoty sont des «diplômes» délivrés par les évêques — souvent à la demande des supérieurs de paroisse — pour récompenser-féliciter les paroissiens particulièrement actifs.
J'ai toujours trouvé cette habitude un peu enfantine, mais voilà — à la fin de notre séjour kiévien auprès de l'icône miraculeuse de Koursk, le Primat de l'Église orthodoxe d'Ukraine a remis à chacun des membres de la délégation une gramota accompagnée d'un ordre : «l'ordre de l'icône de la Mère de Dieu de Potchaev de l'Église orthodoxe d'Ukraine ». Pour nous, c'est une joie particulière, car notre monastère est lié à la laure de Potchaev et l'on voit, à gauche, une représentation de l'icône de notre saint patron dont c'était précisément la fête le jour de la remise de cet ordre.
Un des petits miracles de ce voyage en Ukraine.

vendredi 28 mai 2010

en voyage avec l'Icône de Koursk


icône de la Mère de Dieu de Koursk
Du 13 au 25 mai l'icône miraculeuse de la Mère de Dieu de Koursk, Odigitria (ὸδηγήτρια) de l'Église russe à l'étranger, visitera l'Ukraine : d'abord Kiev où elle sera vénérée du 13 au 22 mai dans l'église de Tous-les-Saints (à cette adresse) puis la ville de Soumy où elle sera vénérée du 22 au 25 mai dans la cathédrale de la Transfiguration (à cette adresse). Le 25 mai, une procession la conduira jusqu'à la frontière russe où elle sera accueillie par le clergé de Koursk (Russie) — ville où elle demeurera jusqu'au 8 juin.
Du 13 au 28 mai, le moinillon accompagnera la sainte icône avec d'autres moinillons et membres du clergé de notre diocèse à Kiev, à Soumy et à Koursk (carte). Le blog dormira un peu pendant ce temps, mais les sentences quotidiennes seront programmées.
Compte rendu à la fin du mois — si Dieu nous prête vie.
Photo : procession avec la sainte icône à Koursk où elle était accueillie par une foule de fidèles en septembre dernier (pour la première fois depuis son exil après la révolution).