moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

mardi 9 janvier 2018

Koliadki

Vidéo : Колядки. Братский хор. Святогорская Лавра.

mardi 21 novembre 2017

confrères de la Sarthe

Vidéo : Ukraine


Mère Rachel était passée au skite il y a quelques mois

samedi 18 novembre 2017

moines

Происхождение обрядов и чинов пострижения в монашество
Tout sur le monachisme concret (en russe)
http://www.logoslovo.ru/forum/all/topic_5582/

jeudi 5 octobre 2017

décès de P. Evfimij


Le Père higoumène Evfimij est décédé aujourd'hui à 15 h 15 après une année de souffrances liées au cancer. Un des anciens du monastère Saint-Job de Munich, avec lequel nous avons commencé la vie monastique ensemble il y a 27 ans. Dans le civil, il était spécialiste de l'art et travaillait au centre Grabar de Moscou (couvent de Saintes-Marthe-et-Marie). Il a abandonné un poste intéressant et privilégié après la Pérestroïka pour se consacrer à la vie monastique dans un monastère de l'étranger qu'il avait choisi pour sa règle sévère et aussi pour la direction spirituelle de ce monastère.
Que le Seigneur accorde le repos à son âme aujourd'hui apaisée !
ВЕЧНАЯ ПАМЯТЬ!

mercredi 5 avril 2017

quelques photos souvenir


Les moniales de Bois-Salair à l'église.


Matouchka higoumène Helena, dans la chapelle d'Iviron.


Frugal repas de carême.

les sœurs de Bois-Salair

Vidéo : Igoumenia Elena et ses sœurs au skite


Matouchka Helena, higoumène d'une communauté de six sœurs, consacrée à la Nativité de la Vierge à Bois-Salair (Mayenne) et rattachée à l'Église serbe, nous fait l'honneur d'une visite impromptue.
Elles chantent l’hymne à la Mère de Dieu devant la chapelle d'Iviron. Puis le chant des défunts sur les tombes des moines du skite.
Un beau cadeau !

Vidéo : Les sœurs de Bois-Salair sur les tombes des moines du skite

jeudi 12 janvier 2017

un moine français et russe

Vidéo : Père Basile Pasquiet, "le curé des steppes"


EN FRANÇAIS.
Archimandrite Basile, supérieur du monastère orthodoxe de la Sainte-Trinité à Tcheboksary (Russie).
On recadrera soi-même les commentaires du journaliste pas très spécialiste des affaires religieuses...
Proposé par Jean-Michel

jeudi 7 juillet 2016

Père Joseph devient P. Job

C'était hier, au monastère de Munich.
Nous lui souhaitons patience et persévérance sur la voie monacale.

mercredi 1 juin 2016

Valia devenu Père

Mardi 24 dernier, lors de l'office de la Mi-Pentecôte, notre Valentin a reçu la tonsure monastique et est donc devenu moine microshème avec le nom de Silouane (saint Silouane l'Athonique) qui lui avait été donné dès le début.
Le 8 novembre 2014, après quelques jours passés dans notre skite, il avait pris la direction du monastère de la Dormition de La Faurie (Hautes-Alpes). Je remets la photo de cette époque, à défaut d'en avoir une plus adaptée.
Nous lui souhaitons beaucoup de joie dans la vie monastique et prions bien pour lui.

mercredi 30 mars 2016

Valaam

Un remarquable film de Arte : VALAAM, L'ENCHANTEMENT DES PÂQUES RUSSES,
diffusé dimanche dernier, dimanche 27 mars à 23 h 35 (52 min)
proposé par Nicolas M.

mardi 8 décembre 2015

Il y a 70 ans : hiérodiacre Séraphim

Nous commémorons cette année le 70e anniversaire de la dormition du Père Séraphim (Karakaï), enterré au skite de Mourmelon.
Mémoire éternelle à l'hiérodiacre Séraphim, dont le métropolite Euloge disait dans ses Mémoires que lui et Père Job étaient des « saints hommes » !

Seraphim Skite OK
Courte BIOGRAPHIE du hiérodiacre Séraphim,
moine au skite de Tous les Saints russes à Mourmelon (St-Hilaire),
dictée à Natalia Pavlovna Annenkoff par le Père Job, une semaine environ avant le décès de ce dernier (1986).


Père Séraphim (Victor Pavlovitch Karakaï / Виктор Павлович Каракай) est né en 1893 dans le Caucase.
Son grand-père était un cosaque du Kouban, il vivait à Ekaterinodar.
Ekaterinodar était la capitale du Kouban, il y avait une armée du Kouban qui regroupait les cosaques. Au XIXe siècle, Ekaterinodar fut incorporée à l’Empire russe et les habitants durent alors choisir : soit rester cosaques dans l’armée, soit quitter l’armée et devenir citoyen de la ville et participer à sa vie.

Le grand-père du Père Séraphim donna sa démission et devint citoyen, participant en tant que sacristain à la vie religieuse de la ville. Il partagea son domaine en 3 000 déciatines (mesure agraire russe, correspondant à 5 121 ou 6 821 mètres carrés, suivant les localités) à parts égales entre ses six enfants; L’une de ses filles reçut ainsi 300 déciatines : c’était la mère du Père Séraphim. Elle épousa un nommé Karakaï, qui n’était pas cosaque (le nom de famille vient du mot «kara» qui signifie noir en turc).
Le père du Père Séraphim avait des ruches et un relais de poste (incertain). Il possédait aussi un terrain en ville, terrain traversé par une rue. Il le louait à des magasins.

Père Séraphim fit ses études dans une école réaliste (équivalent de notre section moderne sans latin), qu’il acheva en 1910.
Nommé dans la ville de Samara (maintenant sous les eaux) dans la brigade d’artilleurs, il y passa la guerre de 1914-1918. Durant la guerre civile, il servit dans la brigade des officiers artilleurs. À la fin de l’évacuation, il se retrouva avec son armée à Gallipoli (Turquie). De là il partit en France avec un contrat de travail chez Renault, à Paris.

Il fit la connaissance du Père Alexis (Kiréevsky) quand celui-ci quitta le Mont-Athos pour Paris. Le Père Alexis devint alors son père spirituel et c’est ainsi qu’il fit aussi la connaissance de Père Job, qui était lui aussi enfant spirituel du Père Alexis.
Le Père Job partit pour le Mont-Athos, mais dut bientôt revenir car les Grecs n’acceptaient plus de moines russes au-delà d’un certain quota. À son retour, Père Alexis et Père Séraphim étaient encore à Paris, mais partirent ensuite pour la Russie des Carpates, où se rendit plus tard Père Job [à Ladomirova, au monastère de l'archimandrite Vitali, comme le précise le m. Euloge]. Ils se retrouvèrent à la Mission slavophile.
Quand le Père Alexis décida de fonder un ermitage en France, Père Séraphim et Père Job le suivirent en mars 1932. Père Séraphim devint moine rasophore avec le nom de Varlaam puis moine — avec le nom de Séraphim — en 1936, il est ordonné diacre en 1945 — six mois avant sa mort.
Il décède le 8 décembre 1945 à l’hôpital américain de Neuilly durant l’opération pour un traumatisme crânien : une jeep américaine l’avait renversé alors qu’il rentrait à l’ermitage de Saint-Hilaire à bicyclette, ce sont les Américains basés dans la région qui l’ont conduit à Neuilly.

2015-12-08 08.18.27
De droite à gauche : les tombes du hiérodiacre Séraphim, de l'archimandrite Alexis et de l'archimandrite Job.

vendredi 19 juin 2015

Ancien Joseph l'Hésychaste

Vidéo : Joseph l'Hésychaste


Pour nous remettre des déclarations intempestives, voici un film de 40 mn (proposé par orthodoxie.com), en grec, ce qui nous changera du russe — diront certains.
L'orthodoxie à travers un pilier du renouveau monastique du Mont-Athos — le starets Joseph l'Hésychaste (1899–1959).

jeudi 5 février 2015

les nouveaux rassophores

15.03.2014 : в храме Прп. Сергия Радонежского настоятель Свято-Троицкой Сергиевой Пустыни игумен Николай, по благословению митрополита Санкт-Петербургского и Ладожского Владимира, совершил монашеский постриг в рясофор, послушника Владимира, с наречением ему имени Тихона.
Nouvelles dispositions prises par les évêques de l'Église russe réunis à Moscou les 2-3 février dernier.
Dans le domaine monastique — extraits du POINT 8 (texte complet en russe dans la suite du billet) :
— Les rassophores (moines auxquels il est donné le rasson et le klobouk, mais les vœux monastiques ne sont pas prononcés) peuvent maintenant être ordonnés diacre ou prêtre. Ce qui n'était qu'une exception dans la pratique de l'Église russe.
— Un rassophore qui se marie (ce qui n'est pas un « crime » dans la mesure où il n'a prononcé aucun vœu monastique) ne pourra plus être ordonné.

Lire la suite...

mardi 24 septembre 2013

vertigineux

Nicolas nous recommande un article intéressant et bien illustré sur un moine orthodoxe de Géorgie, stylite de notre temps... (version française sur le blog de Claude)

vidéo : The Stylite

mercredi 4 septembre 2013

moniale Suzanne

Une vraie moniale.
Dimanche des Femmes Myrrhophores : Mère Suzanne fêtait sa fête ce jour-là (Suzanne est l'une des Myrrhophores). Et il y avait une procession au couvent de Gethsemane et elle portait son icône. Et ce jour-là, on me l'a passée au téléphone, et ce jour-là, je n'ai pas «réalisé» que c'était sa fête, et ce jour-là, donc, je ne l'ai pas félicitée.
Aujourd'hui, je tombe sur cette belle photo datant de ce jour-là. Alors, je repense à ce jour-là. Et prie bien pour elle !

- page 1 de 15