moinillon au quotidien

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

dimanche 28 février 2010

à la recherche des martyrs de la Rose Blanche

La semaine dernière (le 22 février) c'était le 67e anniversaire de l'exécution des trois premiers jeunes étudiants de la Rose Blanche.
J'ai fait un détour pour me rendre au cimetière Am Perlacher Forst où sont enterrés Hans et Sophie Scholl et Christoph Probst — victimes du premier procès d'une part, et Alexandre Schmorell victime du deuxième (avec Willi Graf et Kurt Huber). Ce cimetière est situé entre la tristement célèbre prison Stadelheim où séjournèrent, puis furent guillotinés la plupart des membres de ce mouvement d'opposition au nazisme, et la cathédrale orthodoxe russe de Munich providentiellement aménagée dans les années 1990 de l'autre côté du cimetière (voir carte dans la suite du billet).

tombe des Scholl et de Probst


« Vous êtes morts pour votre foi chrétienne ...»
Toutes proches de l'entrée du cimetière (côté de la cathédrale russe), les tombes de Hans et Sophie Scholl et de Christoph Probst sont couvertes de gerbes de fleurs, à l'occasion de l'anniversaire de leur martyre. Christoph Probst avait demandé à être baptisé catholique dans la prison avant sa mort et son nom — avec celui des autres martyrs catholiques — est entré dans les diptyques de l'Église catholique. Les Scholl étaient protestants (mais ils avaient demandé qu'un prêtre catholique les visite avant leur exécution, ce qui leur fut refusé), ils n'ont donc pas été canonisés, mais ils ont reçu une gloire civile posthume plus importante que tous les autres martyrs chrétiens de cette époque.

tombe des Scholl et de Probst jusqu'à A. Schmorell


Il faut moins d'une minute pour atteindre la tombe d'Alexandre Schmorell, où reposent également son père et sa belle-mère. Alexandre était orthodoxe, russe par sa mère, il a été canonisé par l'Église russe HF de façon locale et est commémoré le 13 juillet — date de son décès.
La vidéo suivante (dans la suite du billet) montre — de façon un peu floue — que la cathédrale russe est toute proche (300 m à vol de colombe).

Lire la suite...

jeudi 31 décembre 2009

canon pas canon

Symeon Verh canon
Pour la première fois, nous avons célébré aujourd'hui (avec saint Sébastien) la mémoire de saint Syméon de Verkhoturye (XVIIe s.) qui fut canonisé ce jour.
Les Ménées anciennes ne comportent pas d'office qui lui soit consacré, mais un office en slavon lui a été composé il y a quelques années et a été inclus dans le complément des Ménées éditées par le monastère Sretenski de Moscou.
Il y a souvent une grande différence de qualité entre les offices composés dans les temps passés et les offices contemporains. Si les offices anciens étaient plutôt synthétiques (peu de mots exprimaient l'essentiel), les offices d'aujourd'hui sont plutôt «analytiques». Les tropaires du canon des matines comportent généralement trois-quatre lignes dans cette édition, ceux du canon de l'office à saint Syméon en comportent jusqu'à une vingtaine (voir image ci-dessus). Il en est de même pour les stichères des laudes.
Dans la suite du billet : vidéo de la fête en Sibérie — patrie de saint Syméon.

Lire la suite...

lundi 30 novembre 2009

saint Grégoire de Néocésarée

Nous fêtons aujourd'hui saint Grégoire de Néocésarée (IIIe s.).
En lisant (ou plutôt : relisant) sa Vie lors du repas, je remarque que c'est «par correspondance» qu'il a été ordonné évêque contre son gré par l'évêque Fedim. Il s'était isolé dans le désert, et comme l'évêque Fedim d'Amasie ne pouvait pas parcourir trois jours durant la distance séparant Amasie du désert, celui-ci s'adressa directement à Dieu et le consacra ainsi évêque de Néocésarée !

Un autre moment de sa vie : à la différence de ses camarades païens, il ne se livrait pas aux passions déréglées de son temps, car il était chrétien.
Que le Seigneur protège notre jeunesse chrétienne, par les prières de ce saint homme !

samedi 7 novembre 2009

saint Gabriel l'Athonite, thaumaturge d'Odessa

Gavriil odesskij
Petit miracle.
Récemment, notre abbé ramenait de Terre sainte des reliques : celles de saint Gabriel l'Athonite, thaumaturge d'Odessa. La semaine dernière, en visite pastorale dans le Nord du pays, il recevait tout à fait «par hasard» une icône de ce même saint. Les reliques ont donc été placées dans l'icône.
Mais il n'y a pas de hasard : saint Gabriel fut l'higoumène du skite russe du Prophète-Élie au Mont-Athos : un skite — ressemblant plus à un monastère qu'à un skite par ses dimensions — qui fut longtemps sous la juridiction de l'Église russe hors frontières.

Saint Gabriel (son nom de baptême était Georges) est né en 1849 dans le gouvernement de Kiev. Orphelin à 12 ans, le jeune homme devint ensuite novice à la Pustyn' de Saint-Théophane de Kiev. En 1867, il obtient l'autorisation d'effectuer un pèlerinage en Terre sainte ; l'année suivante au Mont-Athos où il reste. En 1869, à l'âge de 20 ans, il devient moine au skite russe du Prophète-Élie et reçoit le nom de Gabriel en l'honneur du saint Archange. En 1874, il est ordonné diacre, deux ans plus tard — prêtre. Il devient économe et trésorier du skite, supérieur de la dépendance du skite à Constantinople. En 1887, il devient l'abbé du skite. En 1891, il est fait archimandrite par le patriarche de Constantinople. En 1893, il se rend en Russie avec des icônes du skite afin de recueillir des dons pour la construction de la nouvelle église cathédrale. Dans les années 1894-1896, il fait construire à Odessa une grande église et une hôtellerie pour les pèlerins se dirigeant vers la Sainte Montagne. C'est aussi en 1894 que débute la construction de nouveaux bâtiments pour les moines du skite du Prophte-Élie sur l'Athos : elle durera quatre ans. En 1899 débute la construction de la cathédrale. Mais en 1901, saint Gabriel est envoyé en Russie pour les affaires des dépendances du skite à Odessa, Taganrog, Novonikolaievsk, et y décède le 19 octobre (1er novembre). Ses reliques furent alors transportées à Odessa dans la cathédrale. Les reliques furent découvertes incorrompues le 9 (22) juillet 1994 et placées dans la cathédrale même. La canonisation du saint eut lieu la même année. À Odessa, iI est fêté le 22 juillet.
Une hymne acathiste en slavon lui a été composée.

Lire la suite...

jeudi 8 octobre 2009

Vie de saint Serge de Radonège

Vidéo : Житие преподобного Сергия Радонежского


Durée : 50 mn, en russe.

jeudi 10 septembre 2009

350e anniversaire

de l'invention des reliques de saint Job de Potchaev
Мощи преп. Иова
Source photo :  «Свято-Успенская Почаевская лавра, историческое повествование»
Издательство Свято-Успенской Почаевской лавры 2007

jeudi 11 juin 2009

saint Basile le Bienheureux

Une légende de Moscou sur saint Basile : dessin animé (en russe) de N. Berezovkaja sur un collègue de saint Jean, fol en Christ à Oustioug (1494) que nous fêtons aujourd'hui.
Proposé par Olga.

Saint Basile le Bienheureux. légende moscovite


durée : 11 mn

lundi 18 mai 2009

de la vénération des reliques

La Grande Duchesse Élisabeth de Russie était la sœur de la dernière impératrice de Russie, et avait épousé le Grand Duc Serge. Après l'assassinat de ce dernier en 1905, elle fonda le couvent «social» Marthe-Marie de Moscou, dont elle devint la supérieure. Pendant la révolution bolchévique, elle fut exilée en Sibérie avec sa fidèle moniale Barbara où elles furent jetées vivantes dans le puits d'une mine à Alapaïevsk. Lors de l'arrivée de l'armée Blanche, les corps furent recueillis pour être transportés à Jérusalem, où ils reposent aujourd'hui encore au couvent russe de Gethsemane.

Nous possédons depuis plusieurs années des fragments des reliques des saintes Élisabeth et Barbara (au milieu du premier reliquaire, ci-dessous).
En 2005, un reliquaire, contenant des reliques de plus grandes dimensions, réalisé avec le bois du premier cercueil des saintes, a parcouru (vidéo) toute la Russie avec la bénédiction du Synode de l'ÉORHF. Actuellement, ce reliquaire se trouve  pour quelque temps dans notre monastère.
Et pour tout dire, je me trouve embarrassé devant cette situation, car nous vénérons «nos» reliques de ces saintes chaque jour, mais le «nouveau» reliquaire revêt une plus grande importance. Pourtant, il me semble que la dimension ou l'histoire des reliques ne sont pas essentielles : l'essentiel est plutôt dans la ferveur de la prière adressée aux saints et aux saintes.

Sainte Élisabeth écrivait après l'abdication de Nicolas II : « La Sainte Russie ne peut périr. Mais l'Illustre Russie a, elle, malheureusement disparu. [...] Nous devons dire avec humilité : "Que Ta volonté soit faite!" »
reliques Elis-Barbara
reliques Elis-Barbara N

Lire la suite...

mardi 3 février 2009

un saint évêque

sv Ioann Changaiskij
Un archevêque peu attentif à l'aspect extérieur :
une crosse toute simple, un klobouk décentré.
Parce que... concentré sur l'intérieur.
Saint Jean de Changhaï, prie pour nous et notre Église !

page 2 de 2 -